div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Say NO to Obesity-Related Hypertension

Role of the l-Arginine–Nitric Oxide Pathway

Niwanthi W. Rajapakse, Geoffrey A. Head, David M. Kaye

Hypertension. 2016; 67:813-819

L’obésité et ses complications sont en constante augmentation et deviennent donc l’un des enjeux majeurs de santé publique. L’HTA et l’obésité sont souvent associées et on estime que l’obésité contribue à l’HTA chez 75% des hommes et chez 65% des femmes. Ces patients obèses hypertendus répondent moins bien aux traitements antihypertenseurs ; il est utile de mieux comprendre les relations physiopathologiques entre ces deux maladies pour essayer de trouver des traitements mieux adaptés.

Grossesse, HTA, pré-éclampsie

Un consensus d’experts

Une année de travail, 60 relecteurs : le consensus d’experts « HTA et grossesse » de la Société française d’hypertension artérielle, est le fruit d’un important investissement face à un enjeu de taille.

Cuspidi C, et al. Nondipping pattern and carotid atherosclerosis: a systematic review and meta-analysis

Cuspidi C, et al. Nondipping pattern and carotid atherosclerosis: a systematic review and
meta-analysis. J Hypertens 2016 ; 34 : 385-392

Résumé :
La présence de lésions de la paroi carotidienne, à type d’augmentation de l’épaisseur intimamédia (EIM) ou de plaque d’athérome, est considérée depuis les recommandations ESH/ESC de 2003 comme représenter une des atteintes d’organes cibles de l’HTA. EIM élevée et plaque athéroscléreuse représentent un marqueur de risque cardiovasculaire au même titre que l’HVG ou encore la rigidification artérielle. Parmi les nombreux paramètres tensionnels issus de la mesure clinique ou ambulatoire, l’absence de chute nocturne de la PA (non-dipping) en MAPA est un des plus puissants prédicteurs d’évènements cardiovasculaires. Les résultats des études analysant les relations entre non-dipping et lésions carotidiennes en échographie n’étant pas univoques, les auteurs ont réalisés cette méta-analyse.

Etude PROGNOSIS : Intérêt du rapport sFlt-1:PlGF en cas de suspicion de prééclampsie.

La prééclampsie qui associe hypertension et protéinurie après la 20 ème semaine
d’aménorrhée ne représente que 1 à 2% des grossesses mais s’accompagne de nombreuses
complications materno-foetales. Sa physiopathologie reste encore l’objet de nombreuses
recherches. En cas de prééclampsie, parmi les différents biomarqueurs étudiés, la forme
soluble du récepteur de type 1 du VEGF « SFlt-1 » est élevée et le facteur de croissance
placentaire « PIGF » est diminué. L’étude PROGNOSIS montre qu’un rapport sFlt-1:PlGF
inférieur à 38 permet d’exclure la survenue à court terme d’une prééclampsie chez les femmes
suspectes cliniquement de présenter un telle complication.