div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Recommandations Françaises 2013 et 2014 : des documents pragmatiques à l’usage de tous

Pr Jean-Michel Halimi, Président de la Société Française de l’Hypertension Artérielle

>> Télécharger l’article

La Société Française d’HTA a décidé depuis 2 ans d’élaborer des Recommandations pour la pratique dans le domaine de l’HTA. Cette décision a été motivée par le désir d’apporter des informations pratiques utiles aux médecins généralistes et spécialistes, quelle que soit leur environnement professionnel. Dans un contexte où on considère que 20% des patients hypertendus ne sont pas traités et que 50% des patients traités n’ont pas une pression artérielle (PA) contrôlée, cela paraissait important.

Recommandation sur « La prise en charge de l’hypertension artérielle de l’adulte» (janv 2013)

La Société Française d’Hypertension Artérielle émet en décembre 2012, une recommandation sur « La prise en charge de l’hypertension artérielle de l’adulte».
Pour améliorer la prise en charge de l’HTA, la SFHTA a souhaité réaliser une recommandation ayant comme caractéristique d’être utile à  la pratique et d’avoir une forme synthétique pour une lisibilité facilitée. Afin de promouvoir cette recommandation auprès des professionnels de santé, un partenariat avec la Haute Autorité de Santé, avec la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et avec l’institut National de Prévention et d’Éducation à la Santé sera proposé.

Double blocage du système rénine angiotensine : que faire après l’étude Altitude ?

L’engouement de l’utilisation du double blocage a vu le jour au début des années 2000 lorsque les études RENAAL et IDNT (parues dans le NEJM en 2001) ont montré que le blocage simple permettait de réduire le risque d’insuffisance rénale terminale chez les patients diabétiques de type 2 insuffisants rénaux protéinuriques. Ce blocage était bénéfique mais il ne faisait que retarder le moment de la dialyse que de 1 an environ, approche utile donc mais bien insuffisante…

Risque foetal des inhibiteurs de l’enzyme de conversion au premier trimestre de la grossesse : une étude de cohorte rassurante

Les inhibiteurs de l’angiotensine II (inhibiteurs de l’enzyme de conversion) donnés au cours du premier trimestre de la grossesse sont-ils néfastes pour le fœtus ? Une étude de cohorte rétrospective nord-américaine répond à cette question.

La question est importante puisque les inhibiteurs de l’enzyme de conversion sont les antihypertenseurs les plus prescrits au monde et que presque la moitié des grossesses ne sont pas planifiées : le risque d’exposition en début de grossesse n’est donc pas négligeable.

Sartan et cancer : un ton alarmant inapproprié

« Les conclusions alarmantes de l’article de Sipahi et al. et les commentaires qui lui ont été associés ne sont pas appropriés » affirment un collectif d’auteurs dans l’European Heart Journal Journal. Sur la base d’un peu plus de 40 références, leur argumentation, constitue une mise au point très utile après le pavé dans la mare lancé par le Lancet Oncology.