div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Trends in Blood Pressure Control Among US Adults With Hypertension, 1999-2000 to 2017-2018

Trends in Blood Pressure Control Among US Adults With Hypertension, 1999-2000 to 2017-2018

Référence de l’article : Muntner P, Hardy ST, Fine LJ, et al. Trends in Blood Pressure Control Among US Adults With Hypertension, 1999-2000 to 2017-2018. JAMA. Published online September 09, 2020. doi:10.1001/jama.2020.14545

Lecture proposée par : JP Fauvel

Il n’y a pas qu’en France… La prévalence aux États-Unis de l’HTA contrôlée pourrait avoir diminué de 2013-2014 à 2017-2018.

Parmi les 18 262 adultes souffrant d’hypertension, la proportion estimée, corrigée en fonction de l’âge, de personnes dont la PA est contrôlée est passée de 53,8 % (95 % IC, 48,7 %-59,0 %) en 2013-2014, à 43,7 % (95 % IC, 40,2 %-47,2 %) en 2017-2018 (P = 0,003 pour la tendance).

Pour en savoir plus https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2770254?

Association Between Renin-Angiotensin-Aldosterone System Inhibitors and COVID-19 Infection in South Korea

Association Between Renin-Angiotensin-Aldosterone System Inhibitors and COVID-19 Infection in South Korea

Référence de l’article : Minkook Son, Jeongkuk Seo and Sung Yang. published online ahead of print, 2020 Jul 13. Hypertension. 2020;HYPERTENSIONAHA12015464. doi:10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15464

Lecture proposée parJP Fauvel

 

Dans cette étude cas témoin Coréenne, sur 16 281 sujets souffrant d’hypertension, 950 (5,8 %) cas de COVID-19 ont été confirmés. Un traitement par un inhibiteur du SRAA n’a pas été associé ni au risque d’infection par le SARS-CoV-2, ni à une hospitalisation, ni au transfert en unité de soins intensifs. Cette étude confirme l’absence d’association identifiable entre l’exposition aux inhibiteurs du SRAA et le risque et la gravité de l’infection par COVID-19, ce qui confirme les recommandations selon lesquelles les patients ne devraient pas arrêter leur traitement par inhibiteurs du SRAA

La présente étude démontre l’absence d’une association identifiable entre l’exposition aux inhibiteurs du RAAS et le risque et la gravité de l’infection par COVID-19, ce qui confirme les directives et recommandations médicales actuelles selon lesquelles les patients ne devraient pas arrêter de prendre des inhibiteurs du RAAS parce qu’ils craignent un risque accru d’infection ou de maladie grave par COVID-19.

Pour en savoir plus https://doi.org/10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15464

Risk Factors Associated With Mortality Among Patients With COVID-19 in Intensive Care Units in Lombardy, Italy

Risk Factors Associated With Mortality Among Patients With COVID-19 in Intensive Care Units in Lombardy, Italy

Référence de l’article : Grasselli G et al, for the COVID-19 Lombardy ICU Network

JAMA Intern Med. Published online July 15, 2020. doi:10.1001/jamainternmed.2020.3539

Lecture proposée par : JP Fauvel

 

Sur les 3988 patients en unité de soins intensifs, d’âge médian de 63 ans, inclus dans cette étude de cohorte Italienne ayant un suivi médian de 44 jours, 60,5% présentaient au moins une comorbidité. Dans le sous-groupe des 1715 premiers patients, au 30 mai 2020, 915 patients (53,4 %) sont décédés à l’hôpital. Les facteurs de risque indépendants associés à la mortalité comprenaient l’âge, le sexe masculin, la fraction élevée d’oxygène inspirée, une pression expiratoire finale positive élevée, un faible rapport PaO2:FiO2 et des antécédents de BPCO , d’hypercholestérolémie et de diabète de type 2. L’hypertension n’était pas un facteur de risque indépendant de mortalité. Aucun médicament n’a été associé de manière indépendante à la mortalité (inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine HR, 1,17 ; 95 % IC, 0,97-1,42; antagonistes des récepteurs de l’angiotensine HR, 1,05 ; 95 % IC, 0,85-1,29). Cette étude de cohorte rétrospective a inclus des patients admis dans des unités de soins intensifs avec une COVID-19 confirmée dont le taux de mortalité était élevé.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32667669/

ACE (Angiotensin-Converting Enzyme) Inhibitors/Angiotensin Receptor Blockers Are Associated With Lower Colorectal Cancer Risk: A Territory-Wide Study With Propensity Score Analysis

ACE (Angiotensin-Converting Enzyme) Inhibitors/Angiotensin Receptor Blockers Are Associated With Lower Colorectal Cancer Risk: A Territory-Wide Study With Propensity Score Analysis

Référence de l’article : Cheung KS. Hypertension. 2020;HYPERTENSIONAHA12015317. doi:10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15317

Lecture proposée parJP Fauvel

Cette étude de cohorte rétrospective qui a inclus 187 897 patients (dont 16,4% étaient des utilisateurs de bloqueur du Système Renine Angiotensine Aldosterone (SRAA) âgés de plus 40 ayant eu une coloscopie négative avait pour but de savoir si les bloqueurs du SRAA modifiaient le risque de cancer colorectal.

Le rapport de risque ajusté du cancer colorectal avec l’utilisation d’un bloqueur du SRAA (≥180-jours d’utilisation dans les 5 ans précédant la coloscopie de référence) a été obtenu par ajustement de régression du score de propension de 23 covariables. Au cours du suivi, 854 patients (0,45%) ont développé un cancer colorectal. Les bloqueurs du SRAA ont été associés à un risque plus faible de cancer colorectal se développant moins de 3 ans après la coloscopie de référence (HR ajusté, 0,78 [IC 95%, 0,64-0,96]), mais pas de cancer colorectal se développant plus de 3 ans après la coloscopie de référence (HR ajusté, 1,18 [IC 95%, 0,88-1,57])

Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine et les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine ont été associés à une réduction du risque de cancer colorectal variable en fonction de la durée. 

 

Pour en savoir plus https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15317 

Self-Measured Blood Pressure Monitoring at Home: A Joint Policy Statement From the American Heart Association and American Medical Association

Self-Measured Blood Pressure Monitoring at Home: A Joint Policy Statement From the American Heart Association and American Medical Association

Référence de l’article : Shimbo D et al. Circulation2020doi.org/10.1161/CIR.0000000000000803Circulation. ;0

Lecture proposée parT Agoulvant et M Lopez-Sublet

 

Plusieurs directives nationales et internationales en hypertension artérielle (HTA) approuvent la surveillance par automesure (ATM) de la pression artérielle (PA). Les indications principales sont multiples : identification de l’effet blouse blanche, l’HTA masquée non contrôlée, confirmation du diagnostic de l’HTA résistante et la détection de l’HTA matinale, entre autres. Les résultats de méta-analyses et des essais randomisés indiquent que la surveillance de la PA par ATM est associée à une réduction de la PA et à un meilleur contrôle de la PA. Si des essais contrôlés randomisés pour évaluer l’impact de l’AMT de la PA sur les résultats cardiovasculaires sont nécessaires, ce papier soulève l’importance de lever les obstacles à la mise en œuvre de la surveillance de la PA. En effet, des investissements financiers sont nécessaires dans les domaines suivants : amélioration de l’éducation et de la formation des individus et des prestataires, renforcement des capacités en matière de technologies de l’information sur la santé, intégration des mesures de la PA par AMT dans le suivi des malades, soutien des co-interventions et amélioration du remboursement.

 

Pour en savoir plus  https://doi.org/10.1161/CIR.0000000000000803