div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Méta-analyse d’Alberto Zanchetti

La méta-analyse d’Alberto Zanchetti fera sans doute date dans l’histoire de l’HTA car elle permet de fixer les connaissances concernant les risques liés à l’HTA et les moyens de les prévenir par les médicaments antihypertenseurs.

Références :

  1. Thomopoulos C, Parati G, Zanchetti A. Effects of blood pressure lowering on outcome incidence in hypertension. 1. Overview, metaanalyses, and meta-regression analyses of randomized trials. J Hypertens 2014; 32:2285–2295.
  2. Thomopoulos C, Parati G, Zanchetti A. Effects of blood pressure lowering on outcome incidence in hypertension: 2. Effects at different baseline and achieved blood pressure levels – overview and metaanalyses of randomized trials. J Hypertens 2014; 32:2296–2304.
  3. Thomopoulos C, Parati G, Zanchetti A. Effects of blood pressure lowering on outcome incidence in hypertension: 3. Effects in patients at different levels of cardiovascular risk overview and meta-analyses of randomized trials. J Hypertens 2014; 32:2305-2314.
  4. Thomopoulos C, Parati G, Zanchetti A. Effects of blood pressure lowering on outcome incidence in hypertension: 4. Effects of various classes of antihypertensive drugs–overview and meta-analyses. J Hypertens. 2015;33:195-211.
  5. Thomopoulos C, Parati G, Zanchetti A. Effects of blood pressure-lowering on outcome incidence in hypertension: 5. Head-to-head comparisons of various classes of antihypertensive drugs – overview and meta-analyses. J Hypertens. 2015;33:1321-41.

Résumé :

Le Professeur Alberto Zanchetti, l’expert incontesté des essais de l’HTA depuis 30 ans, a publié en 2015 cinq méta analyses ayant pour but de répondre à des questions de la pratique quotidienne : quelles complications sont prévenues par la baisse de la PA chez l’hypertendu (1), quel objectif de PA chez l’hypertendu traité (2), les bénéfices de la baisse de PA sont-ils dépendent du risque cardiovasculaire (3), la prévention des complications est-elle différente selon la classe pharmacologique (4,5).

Les réponses à ces questions sont :

  • Si l’on observe une baisse de -10/-5 mmHg de PAS/PAD il existe une prévention de l’insuffisance cardiaque de 46%, de l’AVC de 37%, de la cardiopathie ischémique de 22%, de la mortalité cardiovasculaire de 20%, de la mortalité totale de 12%.
  • Une prévention des complications par les antihypertenseurs est observée dès le grade 1 de l’HTA (>140/90 mmHg). L’objectif de 130/80 sous traitement antihypertenseur apporte un bénéfice limité à une faible prévention supplémentaire du risque d’AVC,  par comparaison à l’objectif de 140/90 mmHg.
  • La prévention des complications est plus importante chez les hypertendus ayant un risque cardiovasculaire élevé mais la baisse de la PA étant plus difficile à obtenir, le cout/bénéfice du traitement est plus élevé chez les hypertendus à risque élevé que chez les hypertendus avec un risque cardio-vasculaire faible ou modéré chez lesquels la baisse de la PA est plus facile à obtenir.
  • Par comparaison au placebo, la prévention des AVC est démontrée avec les diurétiques, les bêta-bloquants, les antagonistes calciques, les IEC et les AA2.
  • Une prévention spécifique de l’insuffisance cardiaque est observée avec les diurétiques et les bloqueurs du SRA,
  • Une prévention spécifique des AVC est observée avec les diurétiques et les antagonistes calciques,
  • Une prévention spécifique des cardiopathies ischémiques est observée avec les IEC,
  • Une prévention spécifique de la mortalité totale est observée avec les antagonistes calciques.

Commentaire : Pr Xavier Girerd, Paris

Les méta-analyses réalisées par le Pr Alberto Zanchetti ont inclus les grandes études de morbi-mortalité utilisant des antihypertenseurs avec l’objectif de provoquer une baisse de la pression artérielle afin d’évaluer la prévention des complications cardio-vasculaires. Un enseignement important et nouveau concerne la prévention de l’insuffisance cardiaque de (-46%) apportée par une baisse de 10/5 mmHg de la PAS/PAD, ce qui conduit à calculer que 1 cas d’insuffisance cardiaque est prévenu lorsque que 63 patients hypertendus sont traités pendant 5 années. Si il était bien connu que le traitement de l’HTA réduit les AVC (bénéfice relatif de -37% et 59 patients à traiter 5 ans pour éviter 1 AVC ), cette méta analyse indique que le nombre de patients à traiter pour éviter 1 cas d’insuffisance cardiaque est proche de celui pour éviter 1 AVC.

La deuxième contribution majeure de ce travail est d’avoir comparé les effets de prévention des classes d’antihypertenseurs les uns par rapport aux autres. Ainsi,  il est maintenant démontré que les antihypertenseurs ne sont pas « tous les mêmes » vis-à-vis de leur action pour prévenir les complications cardio-vasculaires.  Le concept qu’il existe un pouvoir de protection  au-delà de la baisse de la pression artérielle (« beyond blood pressure reduction ») est aujourd’hui confirmé mais il est aussi montré qu’une protection spécifique d’organe est observée selon la classe pharmacologique. La méta-analyse de Zanchetti fera sans doute date dans l’histoire de l’HTA car elle permet de fixer, sans doute pour une très longue période, les connaissances concernant les risques liés à l’HTA et les moyens de les prévenir par les médicaments antihypertenseurs.

Webmaster

.