div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Le mot du Président

L’hypertension artérielle est la maladie chronique la plus fréquente avec 12 millions de personnes soignées en France. Elle représente la première cause de mortalité mondiale avec plus de 10 millions de décès annuels. L’hypertension est à l’origine de nombreuses maladies notamment les accidents vasculaires cérébraux, les infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque, l’insuffisante rénale terminale mais il est démontré que son traitement réduit de manière importante le risque de ces complications.

Alors que l’objectif proposé par les recommandations des autorités de santé est d’obtenir une pression artérielle systolique inférieure à 140 mm Hg, la moitié des patients hypertendus échappe encore à cet objectif.  Ces dernières années, l’amélioration du contrôle tensionnel en France stagne. De plus, les comparaisons internationales faites dans le  travail mondial intitulé « Global Burden of Diseases », montrent que la France n’est plus dans les pays les plus performants.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cela: un retard au diagnostic et au traitement qui, le plus souvent, est dû au fait que l’HTA est initialement asymptomatique, une utilisation insuffisante des thérapeutiques non médicamenteuses mais aussi médicamenteuses avec un retard au passage à une polythérapie pourtant nécessaire chez la majorité des patients ainsi qu’un défaut d’observance en partie lié à un déficit d’accès à l’éducation thérapeutique.

Néanmoins, nous avons beaucoup d’espoir ! La recherche fondamentale et clinique est active dans ce domaine. La télémédecine est une des solutions proposée pour pallier les difficultés de la prise en charge des maladies chroniques du fait de l’apparition des déserts médicaux, et pour permettre l’obtention d’un avis spécialisé dans les cas difficiles. De nouvelles classes thérapeutiques sont à l’étude et surtout de nouvelles thérapeutiques non médicamenteuses comme la dénervation des artères rénales ou la stimulation du barorécepteur carotidien paraissent prometteuses. Enfin, les médecins ont de nombreuses recommandations françaises et internationales leur permettant de mieux prendre en charge ces patients.

Pour atteindre cet objectif, la Société Française d’Hypertension Artérielle , filiale de la Société Française de Cardiologie, s’engage  aidée par nos collègues belges, suisses et du Maghreb (Algérie, Tunisie et Maroc) et de l’European Society of Hypertension dans :

  • L’enseignement et la diffusion des connaissances aux différents professionnels de santé participant à la prise en charge des patients hypertendus, notamment par le biais d’élaboration de recommandations pour la pratique et autres documents de consensus, ou encore par la réalisation de formations médicales (DIU, summer school, DPC…) et son congrès annuel, les Journées de l’Hypertension Artérielle.
  • 
La promotion de la recherche par le biais de financements dédiés afin de faire progresser les connaissances (Bourses et Subventions de Recherche chaque année, élaboration de protocole de recherche clinique au sein des Centres d’Excellence français en Hypertension Artérielle) .
  • la Société Française d’Hypertension Artérielle s’associe à la Fondation de la Recherche sur l’Hypertension Artérielle, le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle, le Club des Jeunes Hypertensiologues et l’Association de patients France-HTA au sein de Hypertension France, qui regroupe les professionnels de santé et les usagers pour lesquels l’Hypertension artérielle est un combat quotidien,,

Le chemin qui reste à parcourir est encore long !

Rejoignez-nous au sein de la Société Française d’Hypertension Artérielle. Nous avons besoin de toutes les idées, de toutes les énergies, de toutes les bonnes volontés.

Nous avons besoin de vous !

Dr Thierry Denolle
Président de la Société Française d’Hypertension Artérielle
Cardiologue
Centre d’Excellence en Hypertension Artérielle Rennes – Dinard