div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Cardiovascular Effects of Unilateral Nephrectomy in Living Kidney Donors at 5 Years

Référence de l’article Price AM, Moody WE, Stoll VM, Vijapurapu R, Hayer MK, Biasiolli L, Weston CJ, Webster R, Wesolowski R, McGee KC, Liu B, Baig S, Pickup LC, Radhakrishnan A, Law JP, Edwards NC, Steeds RP, Ferro CJ, Townend JN. Cardiovascular Effects of Unilateral Nephrectomy in Living Kidney Donors at 5 Years. Hypertension. 2021 Feb 8:HYPERTENSIONAHA12015398. doi: 10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15398. Epub ahead of print. PMID: 33550822.

Lecture proposée par : JP Fauvel

En comparaison avec un groupe de volontaires sains (n=45), le don d’un rein (n=50) qui réduit le nombre de néphron de 50% et la filtration glomérulaire de ≈30%, n’a pas modifié significativement à 5 ans ni la masse ventriculaire gauche mesurée par IRM (critère principal), ni la pression artérielle sur 24 heures, ni la vitesse de l’onde de pouls (SphygmoCor), ce qui est rassurant.

Article en accès gratuit : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33550822/

Sex Differences in Blood Pressure Trajectories Over the Life Course

Référence de l’article : Ji H, Kim A, Ebinger JE, et al. Sex Differences in Blood Pressure Trajectories Over the Life Course. JAMA Cardiol. 2020;5(3):255–262. doi:10.1001/jamacardio.2019.5306

Lecture proposée par : JP Fauvel

Pour connaitre l’évolution de pression artérielle (PA) au cours de la vie selon le sexe, les auteurs ont suivi 32 833 sujets inclus dans 4 cohortes américaines (femmes (54%); hommes (46%)) pendant une période de 43 ans (1971-2014) (sujets âgés de 5 à 98 ans). En valeurs absolue, si la PAS des femmes est plus basse avant 60 ans, elle dépasse celle des hommes après 60 ans (Figure A). Si bien que, en valeur relative, et contrairement à une idée reçue, la PAS des femmes a une augmentation plus marquée que la PAS des hommes et ce, dès la troisième décennie, puis tout au long de la vie.

Article en accès gratuit : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31940010/

Controversial Roles of the Renin Angiotensin System and Its Modulators During the COVID-19 Pandemic

Référence de l’article : Gressens SB, Leftheriotis G,Dussaule JC, Flamant M, Levy BI, Vidal-Petiot E. Controversial Roles of the Renin Angiotensin System and Its Modulators During the COVID-19 Pandemic. Front Physiol 2021 ;12 :624052

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Au début de la pandémie, des formes plus sévères de COVID-19 ont été observées chez des patients présentant des comorbidités cardiovasculaires, qui sont souvent traités par des bloqueurs du système rénine-angiotensine-aldostérone (BSRAA), tels que les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC) ou les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine (ARA II), mais on ignore s’il s’agit effectivement de facteurs de risque indépendants.

Des données expérimentales suggèrent que l’expression de l’ACE2 peut être augmentée par les inhibiteurs du SRAA, ce qui fait craindre que ces médicaments puissent faciliter l’entrée des cellules virales. D’un autre côté, l’ACE2 est un contre-régulateur clé du SRAA, en dégradant l’angiotensine II en angiotensine (1-7), et peut ainsi médier des effets bénéfiques dans le COVID-19. Ces considérations ont soulevé des inquiétudes quant à la gestion de ces médicaments, et les premiers commentaires ont suscité une vive controverse parmi les médecins. Cette revue décrira l’équilibre homéostatique entre l’ECA-angiotensine II et l’ECA2-angiotensine (1-7) et résumera le raisonnement physiopathologique qui sous-tend le rôle débattu du SRAA et de ses modulateurs dans le contexte de la pandémie.

Une belle lecture sur les données disponibles sur l’impact des BSRAA sur l’évolution et le pronostic du COVID-19.

Article en accès gratuit : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33692701/

European Society of Hypertension practice guidelines for office and out-of-office blood pressure measurement

Référence de l’article : Stergiou, George S.a; Palatini, Paolob; Parati, Gianfrancoc,d; O’Brien, Eoine; Januszewicz, Andrzejf; Lurbe, Emparg,h; Persu, Alexandrei; Mancia, Giuseppej; Kreutz, Reinholdk on behalf of the European Society of Hypertension Council and the European Society of Hypertension Working Group on Blood Pressure Monitoring and Cardiovascular Variability 2021 European Society of Hypertension practice guidelines for office and out-of-office blood pressure measurement, Journal of Hypertension: March 11, 2021.

Lecture proposée par : JM Boivin

Si la mesure clinique au cabinet est la méthode la plus utilisée et souvent la seule disponible pour la gestion de l’HTA, l’évaluation de la PA en dehors du cabinet doit être utilisée à chaque fois que c’est possible pour l’évaluation des personnes traitées et non traitées.

La Société Européenne d’hypertension (ESH) vient de publier des recommandations pour la mesure de la pression artérielle (PA) en pratique clinique au cabinet et en dehors du cabinet. 

Seuls les appareils de mesure de la pression artérielle, ayant été validés à l’aide d’un protocole établi doivent être utilisés en particulier dans des populations spécifiques (enfants, femmes enceintes, personnes à très gros bras >42 cm, arythmies).

Les recommandations détaillent les différentes techniques de mesure avec une mise au point pour chacune d’entre elles : Mesures au cabinet (mesure clinique, mesure sans surveillance, mesure debout), mesure ambulatoire sur 24h (MAPA), mesures à domicile (automesure), mesures en pharmacie, mesures en espace publics et technologies mobiles.

Récemment, l’expansion impressionnante des appareils mobiles a conduit au développement des technologies de santé mobile (mHealth), identifiées par l’OMS comme un promoteur potentiel d’une meilleure condition de santé, même dans les pays à faible revenu, grâce à des stratégies basées sur des applications mobiles.

Pour en savoir plus : https://www.eshonline.org/guidelines/blood-pressure-monitoring/

Effect of Discontinuing vs Continuing Angiotensin-Converting Enzyme Inhibitors and Angiotensin II Receptor Blockers on Days Alive and Out of the Hospital in Patients Admitted With COVID-19: A Randomized Clinical Trial.

Référence de l’article : Lopes RD, Macedo AVS, de Barros E Silva PGM, et al. Effect of Discontinuing vs Continuing Angiotensin-Converting Enzyme Inhibitors and Angiotensin II Receptor Blockers on Days Alive and Out of the Hospital in Patients Admitted With COVID-19: A Randomized Clinical Trial. JAMA. 2021;325(3):254–264. doi:10.1001/jama.2020.25864

Résumé proposé parJP Fauvel

 

Dans cet essai clinique randomisé multicentrique (29 hôpitaux au Brésil, essai BRACE CORONA) qui a inclus des patients hospitalisés pour une COVID-19 légère à modérée et qui prenaient des bloqueurs du SRA (IECA ou des ARA2,) les patients éligibles (n=1116) ont été randomisés (n=740) pour soit interrompre soit poursuivre le traitement pendant 30 jours. Aucune consigne n’était donnée en dehors de la stratégie testée (arrêt ou poursuite des IEC/ARA2) ni pour remplacer les bloqueurs du SRA, ni pour traiter la Covid-19 (traitement selon les recommandations locales en vigueur).

L’analyse qui a porté sur 659 sujets (1 centre exclus pour falsification des données) montre que à 30 jours, le nombre moyen de jours en vie et sortie de l’hôpital (critère primaire de l’étude) était de 21,9 contre 22,9 (NS) pour ceux qui ont été assignés pour arrêter ou continuer les bloqueurs du SRA respectivement. Parmi les 20 critères secondaires aucun n’était significativement différent en dehors de la durée d’hospitalisation qui était augmentée de 21% (+1,2 jours en moyenne) dans le groupe arrêt du traitement, résultat qui doit être interprété avec prudence et ne permet aucune conclusion. 

Les résultats de l’essai BRACE CORONA ne sont pas en faveur de l’arrêt systématique des bloqueurs du SRA chez les patients hospitalisés pour une COVID-19 légère à modérée.

 

Pour en savoir plus https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2775280