div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Association Between Renin-Angiotensin-Aldosterone System Inhibitors and COVID-19 Infection in South Korea

Association Between Renin-Angiotensin-Aldosterone System Inhibitors and COVID-19 Infection in South Korea

Référence de l’article : Minkook Son, Jeongkuk Seo and Sung Yang. published online ahead of print, 2020 Jul 13. Hypertension. 2020;HYPERTENSIONAHA12015464. doi:10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15464

Lecture proposée parJP Fauvel

 

Dans cette étude cas témoin Coréenne, sur 16 281 sujets souffrant d’hypertension, 950 (5,8 %) cas de COVID-19 ont été confirmés. Un traitement par un inhibiteur du SRAA n’a pas été associé ni au risque d’infection par le SARS-CoV-2, ni à une hospitalisation, ni au transfert en unité de soins intensifs. Cette étude confirme l’absence d’association identifiable entre l’exposition aux inhibiteurs du SRAA et le risque et la gravité de l’infection par COVID-19, ce qui confirme les recommandations selon lesquelles les patients ne devraient pas arrêter leur traitement par inhibiteurs du SRAA

La présente étude démontre l’absence d’une association identifiable entre l’exposition aux inhibiteurs du RAAS et le risque et la gravité de l’infection par COVID-19, ce qui confirme les directives et recommandations médicales actuelles selon lesquelles les patients ne devraient pas arrêter de prendre des inhibiteurs du RAAS parce qu’ils craignent un risque accru d’infection ou de maladie grave par COVID-19.

Pour en savoir plus https://doi.org/10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15464

Risk Factors Associated With Mortality Among Patients With COVID-19 in Intensive Care Units in Lombardy, Italy

Risk Factors Associated With Mortality Among Patients With COVID-19 in Intensive Care Units in Lombardy, Italy

Référence de l’article : Grasselli G et al, for the COVID-19 Lombardy ICU Network

JAMA Intern Med. Published online July 15, 2020. doi:10.1001/jamainternmed.2020.3539

Lecture proposée par : JP Fauvel

 

Sur les 3988 patients en unité de soins intensifs, d’âge médian de 63 ans, inclus dans cette étude de cohorte Italienne ayant un suivi médian de 44 jours, 60,5% présentaient au moins une comorbidité. Dans le sous-groupe des 1715 premiers patients, au 30 mai 2020, 915 patients (53,4 %) sont décédés à l’hôpital. Les facteurs de risque indépendants associés à la mortalité comprenaient l’âge, le sexe masculin, la fraction élevée d’oxygène inspirée, une pression expiratoire finale positive élevée, un faible rapport PaO2:FiO2 et des antécédents de BPCO , d’hypercholestérolémie et de diabète de type 2. L’hypertension n’était pas un facteur de risque indépendant de mortalité. Aucun médicament n’a été associé de manière indépendante à la mortalité (inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine HR, 1,17 ; 95 % IC, 0,97-1,42; antagonistes des récepteurs de l’angiotensine HR, 1,05 ; 95 % IC, 0,85-1,29). Cette étude de cohorte rétrospective a inclus des patients admis dans des unités de soins intensifs avec une COVID-19 confirmée dont le taux de mortalité était élevé.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32667669/

ACE (Angiotensin-Converting Enzyme) Inhibitors/Angiotensin Receptor Blockers Are Associated With Lower Colorectal Cancer Risk: A Territory-Wide Study With Propensity Score Analysis

ACE (Angiotensin-Converting Enzyme) Inhibitors/Angiotensin Receptor Blockers Are Associated With Lower Colorectal Cancer Risk: A Territory-Wide Study With Propensity Score Analysis

Référence de l’article : Cheung KS. Hypertension. 2020;HYPERTENSIONAHA12015317. doi:10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15317

Lecture proposée parJP Fauvel

Cette étude de cohorte rétrospective qui a inclus 187 897 patients (dont 16,4% étaient des utilisateurs de bloqueur du Système Renine Angiotensine Aldosterone (SRAA) âgés de plus 40 ayant eu une coloscopie négative avait pour but de savoir si les bloqueurs du SRAA modifiaient le risque de cancer colorectal.

Le rapport de risque ajusté du cancer colorectal avec l’utilisation d’un bloqueur du SRAA (≥180-jours d’utilisation dans les 5 ans précédant la coloscopie de référence) a été obtenu par ajustement de régression du score de propension de 23 covariables. Au cours du suivi, 854 patients (0,45%) ont développé un cancer colorectal. Les bloqueurs du SRAA ont été associés à un risque plus faible de cancer colorectal se développant moins de 3 ans après la coloscopie de référence (HR ajusté, 0,78 [IC 95%, 0,64-0,96]), mais pas de cancer colorectal se développant plus de 3 ans après la coloscopie de référence (HR ajusté, 1,18 [IC 95%, 0,88-1,57])

Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine et les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine ont été associés à une réduction du risque de cancer colorectal variable en fonction de la durée. 

 

Pour en savoir plus https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15317 

Association of Angiotensin-Converting Enzyme Inhibitor or Angiotensin Receptor Blocker Use With COVID-19 Diagnosis and Mortality.

Association of Angiotensin-Converting Enzyme Inhibitor or Angiotensin Receptor Blocker Use With COVID-19 Diagnosis and Mortality.

Référence de l’article : Fosbøl EL, Butt JH, Østergaard L, et al. JAMA. Published online June 19, 2020. doi:10.1001/jama.2020.11301

Lecture proposée par : JP Fauvel

 

Cet article présente les résultats de deux études :

1-    Une étude cas-témoins de la sensibilité à COVID-19. 571 patients souffrant de COVID-19 et d’hypertension antérieure ont été comparés à 5 710 témoins appariés par âge et par sexe souffrant d’hypertension antérieure mais pas de COVID-19. Parmi ceux qui présentaient une COVID-19, 86,5 ont utilisé des IEC/ARB contre 85,4 % des témoins ; l’utilisation d’IEC/ARB par rapport à d’autres antihypertenseurs n’a pas été associée de façon significative à une incidence plus élevée de COVID-19 (HR ajusté, 1,05 [IC 95 %, 0,80-1,36]).

2-   Une étude de cohorte rétrospective qui a inclus 4 480 patients atteints de COVID-19. non-utilisateurs (80,0 %). Dans le groupe sous IEC/ARB (n=895), 18,1 % sont morts dans les 30 jours contre 7,3 % dans le groupe des non-utilisateurs (n=3585), mais cette association n’était plus significative après ajustement en fonction de l’âge, du sexe et des antécédents médicaux ([HR], 0,83 [IC à 95 %, 0,67-1,03]). Un décès ou une COVID-19 grave est survenu chez 31,9 % des utilisateurs de l’IEC/ARB contre 14,2 % des utilisateurs de les non-utilisateurs dans un délai de 30 jours (HR, 1,04 [IC 95%, 0,89-1,23]).

 

Les auteurs concluent qu’un traitement chronique par IEC/ARB n’a pas été associé à une augmentation de l’incidence de COVID-19 chez les hypertendus ni à une surmortalité après ajustement. Dès lors, ces résultats viennent renforcer toujours et encore, qu’il n’est pas justifié d’arrêter les IEC/ARB qui sont cliniquement indiqués dans le contexte de la pandémie à COVID-19.

 

Pour en savoir plus https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2767669

Clinical Applicability of Monitoring Antihypertensive Drug Levels in Blood

Clinical Applicability of Monotoring Antihypertensive Drug Levels in Blood

Référence de l’article Laura E.J. Peeters, Lida Feyz, Eric Boersma, Joost Daemen, Teun van Gelder, Birgit C.P. Koch and Jorie Versmissen. Hypertension. 2020;76: 80-86.

Résumé proposé par : M Burnier.

 

L’adhérence au traitement est un élément clé d’une bonne prise en charge de l’hypertension artérielle. Toutefois, les défauts d’adhérence sont difficiles à diagnostiquer en pratique clinique.  Récemment, le dosage urinaire des antihypertenseurs est devenu très populaire pour révéler les problèmes d’adhérence et est utilisé dans les centres de référence de l’hypertension. Laura Peeters et collaborateurs ont développé une nouvelle technique qui permet de tester la présence de huit médicaments antihypertenseurs dans le sang à l’aide d’une méthode simple utilisant une goutte de sang sur un support papier (dried blood spot, DBS). Ce système a été testé chez 135 patients avec un dosage simultané des médicaments par prise de sang.   Tous les test DBS négatifs l’étaient aussi lors de la prise de sang. Toutefois, la méthode a posé quelques problèmes avec les diurétiques et certains anticalciques. Néanmoins, l’approche à partir d’une goutte de sang prise au doigt semble intéressante car facilement utilisable en pratique clinique. Une observation importante de cette étude est la grande variabilité des taux sanguins des médicaments antihypertenseurs, les déterminants majeurs de cette variabilité étant, comme attendu, la dose et le temps entre la prise du médicament et le dosage mais aussi l’âge, le sexe et le poids avec un impact différent de ces facteurs selon la classe d’antihypertenseurs.

 

Pour en savoir plus : https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15038