div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Association between antihypertensive treatment and adverse events: systematic review and meta-analysis

Référence de l’article : Albasri A, Hattle M, Koshiaris C, Dunnigan A, Paxton B, Fox S E et al. Association between antihypertensive treatment and adverse events: systematic review and meta-analysis BMJ 2021; 372 :n189 doi:10.1136/bmj.n189

Lecture proposée par : JP Fauvel

Une méta-analyse portant sur les effets secondaires des traitements anti-hypertenseurs a été publiée dans le BMJ. Le critère principal d’analyse était les chutes et les critères secondaires l’Insuffisance rénale aiguë (IRA), fractures, goutte, hyperkaliémie, hypokaliémie, hypotension et syncope.

Sur 15 023 articles sélectionnés, 58 essais contrôlés randomisés ont été identifiés, incluant 280 638 participants suivis pendant une durée médiane de 3 ans. La plupart des essais présentaient un faible risque de biais. Parmi les sept essais rapportant des données sur les chutes, aucune preuve d’une association avec le traitement antihypertenseur n’a été trouvée. Les antihypertenseurs ont été associés à un risque accru d’insuffisance rénale aiguë (1,18, IC 95 % de 1,01 à 1,39, τ2=0,037, n=15), d’hyperkaliémie (1,89, IC 95 % 1,56 à 2,30, τ2=0,122, n=26), d’hypotension (1,97, IC 95 % 1,67 à 2,32, τ2=0,132, n=35) et de syncope (1,28, IC 95 %  1,03 à 1,59, τ2=0,050, n=16). L’hétérogénéité entre les études évaluant l’IRA et l’hyperkaliémie a été réduite en n’analysant que les études concernant les médicaments qui affectent le système rénine-angiotensine-aldostérone.

Pour en savoir plus https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33568342/

Antihypertensive Drugs and COVID-19 Risk: A Cohort Study of 2 Million Hypertensive Patients

Référence de l’article : Semenzato L, Botton J, Drouin J, Baricault B, Vabre C, Cuenot F, Penso L, Herlemont P, Sbidian E, Weill A, Dray-Spira R, Zureik M. Antihypertensive Drugs and COVID-19 Risk: A Cohort Study of 2 Million Hypertensive Patients. Hypertension. 2021 Mar 3;77(3):833-842. doi: 10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.16314. Epub 2021 Jan 11. PMID: 33423528.

Lecture proposée par : JP Fauvel

Trois cohortes représentant près de 2 millions de patients âgés de 18 à 80 ans provenant des bases de données de l’assurance maladie française, ayant une HTA non compliquée (sans diabète, sans insuffisance rénale, sans maladie cardiovasculaire ni respiratoire) et initiant un traitement par IECA (n=566 023), ARA2 (n=958 22) ou Ica (n=358 306) ont été suivies pendant 16 semaines. Le principal critère d’évaluation était le délai d’hospitalisation pour la COVID-19. Le critère d’évaluation secondaire était le délai avant l’intubation ou le décès.

Au cours du suivi, 2338 patients hypertendus ont été hospitalisés et 526 sont décédés ou ont été intubés pour la COVID-19.

Les IEC et les ARA2 ont été associés à un risque plus faible d’hospitalisation pour COVID-19 par rapport aux ICa (rapport des risques, 0,74 [95 % IC, 0,65-0,83] et 0,84 [0,76-0,93], respectivement) et à un plus faible risque d’intubation ou de décès. Les risques étaient légèrement plus faibles pour les utilisateurs d’inhibiteurs de l’ECA que pour les utilisateurs d’ARA.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33423528/

 

Association of Blood Pressure Variability and Diuretics With Cardiovascular Events in Patients With Chronic Kidney Disease Stages 1-5

Référence de l’article : Gregg LP, Hedayati SS, Yang H, Van Buren PN, Banerjee S, Navaneethan SD, Virani SS, Winkelmayer WC, Alvarez CA. Association of Blood Pressure Variability and Diuretics With Cardiovascular Events in Patients With Chronic Kidney Disease Stages 1-5. Hypertension. 2021 Mar 3;77(3):948-959. doi: 10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.16117. Epub 2021 Jan 11. PMID: 33423525; PMCID: PMC7878423.

Lecture proposée par : JP Fauvel

Les auteurs ont voulu savoir si la variabilité tensionnelle inter-visites était associée (modèle de Cox) à la survenue d’un évènement CV (critère principal), à la mortalité ou à la progression vers l’insuffisance rénale terminale (IRCT) et si les diurétiques modifiaient ces associations chez les patients atteints d’une maladie rénale chronique stades 1 à 5 et d’hypertension sous monothérapie antihypertensive sans diurétiques.

La variabilité tensionnelle a été associée à la survenue d’un événement CV et à aux décès, mais pas à la progression vers l’IRCT avec des associations atténuées pour les événements CV dans le groupe traité par des diurétiques aux quintiles élevés de variabilité tensionnelle.

Pour en savoir plus :  https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33423525/

Effect of Discontinuing vs Continuing Angiotensin-Converting Enzyme Inhibitors and Angiotensin II Receptor Blockers on Days Alive and Out of the Hospital in Patients Admitted With COVID-19: A Randomized Clinical Trial.

Référence de l’article : Lopes RD, Macedo AVS, de Barros E Silva PGM, et al. Effect of Discontinuing vs Continuing Angiotensin-Converting Enzyme Inhibitors and Angiotensin II Receptor Blockers on Days Alive and Out of the Hospital in Patients Admitted With COVID-19: A Randomized Clinical Trial. JAMA. 2021;325(3):254–264. doi:10.1001/jama.2020.25864

Résumé proposé parJP Fauvel

 

Dans cet essai clinique randomisé multicentrique (29 hôpitaux au Brésil, essai BRACE CORONA) qui a inclus des patients hospitalisés pour une COVID-19 légère à modérée et qui prenaient des bloqueurs du SRA (IECA ou des ARA2,) les patients éligibles (n=1116) ont été randomisés (n=740) pour soit interrompre soit poursuivre le traitement pendant 30 jours. Aucune consigne n’était donnée en dehors de la stratégie testée (arrêt ou poursuite des IEC/ARA2) ni pour remplacer les bloqueurs du SRA, ni pour traiter la Covid-19 (traitement selon les recommandations locales en vigueur).

L’analyse qui a porté sur 659 sujets (1 centre exclus pour falsification des données) montre que à 30 jours, le nombre moyen de jours en vie et sortie de l’hôpital (critère primaire de l’étude) était de 21,9 contre 22,9 (NS) pour ceux qui ont été assignés pour arrêter ou continuer les bloqueurs du SRA respectivement. Parmi les 20 critères secondaires aucun n’était significativement différent en dehors de la durée d’hospitalisation qui était augmentée de 21% (+1,2 jours en moyenne) dans le groupe arrêt du traitement, résultat qui doit être interprété avec prudence et ne permet aucune conclusion. 

Les résultats de l’essai BRACE CORONA ne sont pas en faveur de l’arrêt systématique des bloqueurs du SRA chez les patients hospitalisés pour une COVID-19 légère à modérée.

 

Pour en savoir plus https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2775280

First line drug treatment for hypertension and reductions in blood pressure according to age and ethnicity: cohort study in UK primary care

Référence de l’article : Sinnott Sarah-Jo, Douglas Ian J, Smeeth Liam, Williamson Elizabeth, Tomlinson Laurie A. First line drug treatment for hypertension and reductions in blood pressure according to age and ethnicity: cohort study in UK primary care BMJ 2020; 371 :m4080

Résumé proposé par : JP Fauvel 

Cette étude publiée dans le BMJ avait pour but de savoir si les recommandations du NICE (UK) basées sur l’âge et l’origine ethnique pour débuter un traitement antihypertenseur se révélaient cliniquement pertinente « en vraie vie ».

Chez les personnes non noires non diabétiques CCB et ACEI/ARB ont réduit de façon similaire la pression artérielle, quel que soit l’âge (sup ou inf 55 ans).

Chez les personnes noires non diabétiques, la nouvelle utilisation du CCB a été associée à des réductions de la pression artérielle plus importantes que les ACEI/ARB par rapport aux personnes non noires non diabétiques, mais les intervalles de confiance se chevauchaient pour les deux groupes.

Ces résultats remettent en cause l’algorithme proposé par les Anglais du NICE basé sur l’âge et l’origine ethnique pour le choix de première intention du traitement anti-hypertenseur.

Pour en savoir plus https://www.bmj.com/content/371/bmj.m4080