div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Gain in net survival from hypertension control over the last half-century

Référence de l’article :  Pierre Lantelme et al. European Journal of Preventive Cardiology 2021. doi:10.1093/eurjpc/zwab094

Lecture proposée par P Lantelme et M Lopez-Sublet

L’objectif de cette étude a été de déterminer si les améliorations apportées à la prise en charge de l’hypertension artérielle en France au cours des cinq dernières décennies, ont influencé le pronostic des sujets.

L’analyse a portée sur 4657 patients en provenance de deux cohortes françaises OLD-HTA et NEW-HTA d’hypertendus hospitalisés entre 1969 et 2014. Cinq périodes d’inclusion correspondant à 5 décennies ont été considérées et le critère principal a été la mortalité toute causes confondues. Au cours des cinq périodes, les caractéristiques des hypertendus ont changé avec notamment une diminution de la proportion des hypertendus de grade 3, passant de 43,3 % à seulement 6,3 %. Surtout, la survie nette, c’est-à-dire la survie tenant en compte de l’augmentation générale de l’espérance de vie, s’est drastiquement améliorée à niveau de pression artérielle équivalent. Ainsi, la survie nette à 15 ans des hypertendus inclus dans les années 2010 a quasiment rejoint celle de la population générale alors qu’elle était de 2 ans inférieure dans les années 70 soit un gain de 12,3%.

L’avènement de la prise en charge moderne de l’HTA a considérablement réduit la surmortalité des sujets hypertendus (vs la population générale) ; dans un contexte de banalisation de la mesure de la pression artérielle et de réticence aux traitements de longue durée, les médecins devraient considérer cet avantage et l’utiliser pour promouvoir le contrôle de la pression artérielle.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34269383/

 

Physical Activity as a Critical Component of First-Line Treatment for Elevated Blood Pressure or Cholesterol: Who, What, and How?: A Scientific Statement From the American Heart Association. Hypertension

Référence de l’article : Barone Gibbs B, Hivert MF, Jerome GJ, Kraus WE, Rosenkranz SK, Schorr EN, Spartano NL, Lobelo F; American Heart Association Council on Lifestyle and Cardiometabolic Health; Council on Cardiovascular and Stroke Nursing; and Council on Clinical Cardiology. Physical Activity as a Critical Component of First-Line Treatment for Elevated Blood Pressure or Cholesterol: Who, What, and How?: A Scientific Statement From the American Heart Association. Hypertension. 2021 Aug;78(2):e26-e37. doi: 10.1161/HYP.0000000000000196. Epub 2021 Jun 2. PMID: 34074137.

Résumé proposé parJP Fauvel

Cet avis d’experts Américains fait la synthèse des connaissances actuelles  sur les baisses de pression artérielles et de cholestérol que l’on peut obtenir chez les patients à risque CV léger à modéré en améliorant leur hygiène de vie. Cet article propose des conseils et des ressources aux cliniciens pour évaluer, prescrire, conseiller et orienter leurs patients vers une activité physique accrue.

Table 2. Average Effect Sizes of Physical Activity and Other Lifestyle-Only Treatments on Blood Pressure and Blood Cholesterol

Lifestyle modification

Average effect on blood pressure

Average effect on blood cholesterol and triglycerides

SBP (mm Hg)

DBP (mm Hg)

LDL-C (mg/dL)

HDL-C (mg/dL)

TG (mg/dL)

Physical activity

 Aerobic15–17

–4

–3

–3 to –4

+1 to +2

–4 to –12

 Dynamic resistance15,18

–2

–3

–6

–8

 Combined19

–3

–3

Weight loss20

–3

–2

–5

+2 to +3

–15

Dietary modifications

DASH and DASH-style diets21

–5

–3

–4

Mediterranean diet22

–3

–2

Smoking cessation23,24

+4

Alcohol moderation (≤2 drinks/d)25,26

–3

–3

– indicates nonsignificant effect, not recommended, or insufficient evidence to draw conclusions; DASH, Dietary Approach to Stop Hypertension; DBP, diastolic blood pressure; HDL-C, high-density lipoprotein cholesterol; LDL-C, low-density lipoprotein cholesterol; SBP, systolic blood pressure; and TG, triglyceride.

Pour en savoir plus, article en accès gratuit https://www.ahajournals.org/doi/epub/10.1161/HYP.0000000000000196

Prevalence of hypertensive disorders during pregnancy in France (2010-2018): The nationwide CONCEPTION study

Référence de l’article : Olie V et al. J Clin Hypertens (Greenwich) 2021; doi:10.1111/jch.14254

Lecture proposée par : Valérie Olié

En France, 7,4% des grossesses étaient affectées par un désordre hypertensif. La prévalence de l’hypertension artérielle chronique préexistante était de 1,7%. Celle-ci était traitée pharmacologiquement pendant la grossesse dans 60% des cas. La prévalence de l’HTA gestationnelle était de 4,2% et celle de la prééclampsie de 2% des grossesses. Près de 20% des cas de prééclampsie survenaient de manière précoce, c’est-à-dire avant 32 semaines d’aménorrhée et 40% des prééclampsies étaient sévères. Enfin le HELLP syndrome et l’éclampsie affectaient respectivement 0,2 et 0,1% des grossesses. La prévalence de ces désordres hypertensifs augmentait avec l’âge maternel et l’âge gestationnel. Les femmes ayant une hypertension chronique préexistante à la grossesse avaient un risque très élevé de développer une prééclampsie pendant la grossesse comparativement aux femmes sans (6 fois plus élevé chez les nullipares et 12 fois plus élevé chez les multipares).

Ces résultats mettent en évidence le besoin d’un suivi et d’une prise en charge rapprochée pour les femmes enceintes avec une HTA chronique préexistante afin d’ajuster au mieux les traitements antihypertenseurs et de dépister au plus tôt la prééclampsie.

 

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34042277/

Effect of the Million Hearts Cardiovascular Disease Risk Reduction Model on Initiating and Intensifying Medications: A Prespecified Secondary Analysis of a Randomized Clinical Trial

Référence de l’article Peterson GG, Pu J, Magid DJ, et al. Effect of the Million Hearts Cardiovascular Disease Risk Reduction Model on Initiating and Intensifying Medications: A Prespecified Secondary Analysis of a Randomized Clinical Trial. JAMA Cardiol. Published online June 02, 2021. doi:10.1001/jamacardio.2021.1565

Lecture proposée par : JP Fauvel

The Million Hearts® Cardiovascular Disease Risk Reduction est une étude randomisée a pour but d’évaluer l’effet d’un modèle « Pay for performance » sur l’initiation ou l’intensification des médicaments antihypertenseurs ou des statines chez les patients à haut risque CV dont la pression artérielle ou les taux de LDL cholestérol étaient supérieurs aux seuils d’intensification du traitement fixés par les guidelines (PAS>130 mm Hg ; cholestérol LDL >0.70 g/L). Dans le groupe intervention, des incitations financières étaient données aux professionnels de santé pour qu’ils s’engagent dans le calcul du risque de maladie cardiovasculaire.
Presque tous les patients à haut risque (21 791 [91 %]) avaient une PAS>130 mmHg ou un taux de cholestérol LDL >0.70 g/L, ou les deux. Chez les patients du « groupe intervention utilisant le modèle », les médecins ont modestement mais significativement initié ou intensifié l’administration de statines ou de médicaments antihypertenseurs en comparaison aux patients du groupe témoin (8127 [37,3 %] contre 4753 [32,4 %] ; différence ajustée 4,8% ; IC à 95 %, 2,9-6,7 ; P < 0,001). A un an, le taux de cholestérol LDL était légèrement plus bas dans le groupe d’intervention que dans le groupe témoin (moyenne [SD], 0.89 [0.32] vs 0.91 [0.32] g/L), tout comme la PAS  (moyenne [SD], 133 [15,7] vs 135 [16,4] mm Hg ; différence ajustée, -1,7 mm Hg ; IC 95%, -2,8 à -0,6 ; P = 0,003). L’effet bien que modeste a été statiquement significatif chez des sujets à haut risque CV déjà bien pris en charge à l’entrée dans l’étude (90% déjà sous antihypertenseurs à l‘inclusion).
 
Pour en savoir plus :

Final Report of a Trial of Intensive versus Standard Blood-Pressure Control

Référence de l’article : SPRINT Research Group, Lewis CE, et al. Final Report of a Trial of Intensive versus Standard Blood-Pressure Control. N Engl J Med. 2021 May 20;384(20):1921-1930. doi: 10.1056/NEJMoa1901281. PMID: 34010531.

Lecture proposée par : JP Fauvel

Voici les résultats finaux de SPRINT qui a randomisé 9361 hypertendus présentant un risque accru de maladie CV (sans diabète ni AVC) à un traitement intensif (PAS <120 mm Hg) ou à un traitement standard (PAS <140 mm Hg).

Le critère primaire de jugement était la combinaison d’un infarctus du myocarde, d’un syndrome coronarien aigu, d’un AVC, d’une insuffisance cardiaque aiguë décompensée ou d’un décès de cause CV.

Après un suivi médian de 3,33 ans, le critère primaire et la mortalité toutes causes étaient significativement plus faibles dans le groupe PAS<120 que dans le groupe PAS<140 (pour le critère principal 1. 77 % vs 2,40 % par an ; HR 0,73 ; [IC]95 %, 0,63 à 0,86 ; et pour mortalité toutes causes, 1,06 % vs 1,41 % par an ; HR 0,75 ; IC à 95 %, 0,61 à 0,92).

Malheureusement, une PAS<120 mmHg n’a pas eu d’influence sur la dégradation de la fonction rénale des patients insuffisants rénaux.

Pour en savoir plus, article gratuit sur : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34010531/