div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Association between antihypertensive treatment and adverse events: systematic review and meta-analysis

Référence de l’article : Albasri A, Hattle M, Koshiaris C, Dunnigan A, Paxton B, Fox S E et al. Association between antihypertensive treatment and adverse events: systematic review and meta-analysis BMJ 2021; 372 :n189 doi:10.1136/bmj.n189

Lecture proposée par : JP Fauvel

Une méta-analyse portant sur les effets secondaires des traitements anti-hypertenseurs a été publiée dans le BMJ. Le critère principal d’analyse était les chutes et les critères secondaires l’Insuffisance rénale aiguë (IRA), fractures, goutte, hyperkaliémie, hypokaliémie, hypotension et syncope.

Sur 15 023 articles sélectionnés, 58 essais contrôlés randomisés ont été identifiés, incluant 280 638 participants suivis pendant une durée médiane de 3 ans. La plupart des essais présentaient un faible risque de biais. Parmi les sept essais rapportant des données sur les chutes, aucune preuve d’une association avec le traitement antihypertenseur n’a été trouvée. Les antihypertenseurs ont été associés à un risque accru d’insuffisance rénale aiguë (1,18, IC 95 % de 1,01 à 1,39, τ2=0,037, n=15), d’hyperkaliémie (1,89, IC 95 % 1,56 à 2,30, τ2=0,122, n=26), d’hypotension (1,97, IC 95 % 1,67 à 2,32, τ2=0,132, n=35) et de syncope (1,28, IC 95 %  1,03 à 1,59, τ2=0,050, n=16). L’hétérogénéité entre les études évaluant l’IRA et l’hyperkaliémie a été réduite en n’analysant que les études concernant les médicaments qui affectent le système rénine-angiotensine-aldostérone.

Pour en savoir plus https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33568342/

US Preventive Services Task Force. Screening for Hypertension in Adults: US Preventive Services Task Force Reaffirmation Recommendation Statement

Référence de l’article : US Preventive Services Task Force. Screening for Hypertension in Adults: US Preventive Services Task Force Reaffirmation Recommendation Statement. JAMA. 2021;325(16):1650–1656. doi:10.1001/jama.2021.4987

Lecture proposé par : JP Fauvel

L’ US Preventive Services Task Force (USPSTF) a revu ses recommandations datant de 2015 pour le dépistage de l’HTA chez l’adulte. L ‘USPSTF recommande de dépister l’HTA au cabinet et de confirmer par des mesures de la PA en dehors du cabinet avant de commencer le traitement. (Une recommandation de Grade A). Ceci est conforme avec les recos de la SFHTA/HAS de sept 2016.

Pour en savoir plus : Article disponible en libre accès sur https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2779190

Time-Dependent Risk of Atrial Fibrillation in Patients With Primary Aldosteronism After Medical or Surgical Treatment Initiation

Référence de l’article : Kim KJ, Hong N, Yu MH, Lee H, Lee S, Lim JS, Rhee Y. Time-Dependent Risk of Atrial Fibrillation in Patients With Primary Aldosteronism After Medical or Surgical Treatment Initiation. Hypertension. 2021 Apr 19:HYPERTENSIONAHA12016909. doi: 10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.16909. Epub ahead of print. PMID: 33866798.

Lecture proposée par : JP Fauvel

Les auteurs ont comparé l’incidence de la Fibrilation Atriale (FA) chez les patients ayant un hyperaldostéronisme primaire (HAP traité par surrénalectomie (n=755) ou minéralocarticoïdes (n=663) à celle de patients ayant une HTA essentielle (n=7090) selon un schéma de cas témoin (1 :5) prospectif. Chez les patients ayant un HAP traité, l’incidence de la FA est maximale à 1 an et significativement différente de celles des patients ayant une HTA essentielle puis elle diminue pour être similaire à celles des patients ayant une HTA essentielle après 3 années.

Pour en savoir plus : https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.16909

Association of Intravenous Radiocontrast With Kidney Function: A Regression Discontinuity Analysis

Référence de l’article : Goulden R, Rowe BH, Abrahamowicz M, Strumpf E, Tamblyn R. Association of Intravenous Radiocontrast With Kidney Function: A Regression Discontinuity Analysis. JAMA Intern Med. Published online April 05, 2021. doi:10.1001/jamainternmed.2021.0916

Lecture proposée par : JP Fauvel

Pour savoir si l’injection de produit de contraste (pdc) iodés était néphrotoxique, les auteurs ont mesuré l’DFGe initial puis à 6 mois de 156 028 canadiens de la province d’Alberta ayant bénéficié d’un test de D-dimères puis d’un scanner thoracique.

L’âge moyen était de 53 ans et le niveau de base moyen du DFGe était de 86 ml/min/1,73 m2. A 6 mois de l’injection du pdc, le DFGe a baissé non significativement de -0,4 ml/min/1,73 m2 (IC 95 %, -4,9 à 4,0). Les analyses en sous-groupes ont montré que la néphrotoxicité des pdc était plus importante chez les patients diabétiques (changement moyen du DFGe à 6 mois de -6,4 ml/min/1,73 m2 ((IC à 95 %, -15,4 à 0,2) ; NS). Il n’a pas été retrouvé de diminution significative du DFG chez les patients ayant d’autres facteurs de risque (hypertension, DFGe <45, âge>60 ans). Néanmoins, ces analyses manquaient de puissance.

 Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33818606/

 

Will SARS-CoV-2 Become a Recurrent Seasonal Infection?

Référence de l’article : Murray CJL, Piot P. The Potential Future of the COVID-19 Pandemic: Will SARS-CoV-2 Become a Recurrent Seasonal Infection? JAMA. 2021;325(13):1249–1250. doi:10.1001/jama.2021.2828

Lecture proposée parJP Fauvel

Dans cet article du JAMA , Murray CJL & Piot P analysent les arguments qui font craindre  que la COVID-19 persiste et devienne une maladie saisonnière récurrente. On est de plus en plus optimiste et on espère que, grâce aux efforts de vaccination en cours, à la saisonnalité (baisse des infections jusqu’en août) et à l’immunité naturellement acquise, le nombre de décès et d’hospitalisations liés au COVID-19 diminuera considérablement d’ici le printemps et le début de l’été 2021. Toutefois, cet optimisme doit être tempéré par plusieurs facteurs importants. La probabilité d’atteindre une immunité collective contre le SRAS-CoV-2 est faible pour la simple raison que tous les individus ne sont pas éligibles pour être vaccinés et que des individus éligibles refuseront probablement de se faire vacciner. En outre, les vaccins ne confèrent pas une immunité totale contre l’infection, et les vaccins actuellement disponibles sont moins efficaces contre la variante B.1.351 (variant sud-africain), et peut-être d’autres variants. En conséquence, le public et les systèmes de santé doivent prévoir la possibilité que le COVID-19 persiste et devienne une maladie saisonnière récurrente.

Pour en savoir plus https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2777343