div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Association d’une intervention à l’échelle de la province du Shandong en Chine sur la réduction de la consommation de sel et le niveau de pression artérielle

Association d’une intervention à l’échelle de la province du Shandong en Chine sur la réduction de la consommation de sel et le niveau de pression artérielle

Référence de l’article JAMA Intern Med. doi:10.1001/jamainternmed.2020.0904 Published online April 27, 2020.

Résumé proposé par : JP Fauvel.

 

Dans cette étude transversale portant sur 15350 participants pré-intervention et 16490 participants post-intervention, l’excrétion urinaire de sodium sur 24 heures a diminué de 25% suite à la mise en œuvre du programme SMASH qui a utilisé des stratégies d’intervention multisectorielles pour réduire la consommation de sel de la population de la province. Parallèlement, les pressions artérielles systolique et diastolique ont diminué de manière significative. Les résultats suggèrent qu’une intervention gouvernementale peut réduire significativement la consommation de sel et être associée à une baisse (modeste) de la pression artérielle.

Pour en savoir plus :  https://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/fullarticle/2764288

Association de l’hypertension et de la pression artérielle au risque de cancer du rein Une étude de cohorte à l’échelle nationale

Association de l’hypertension et de la pression artérielle au risque de cancer du rein Une étude de cohorte à l’échelle nationale

Référence de l’article Hypertension. 2020;75:00-00. DOI: 10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.14820.

Résumé proposé par : JP Fauvel.

 

Les Coréens ont analysé le risque de cancer du rein en fonction du niveau de pression artérielle à partir des données colligées de façon nationales lors des examens de santé. L’hypertension et une pression artérielle systolique ou diastolique élevées, par rapport à la pression artérielle normale, ont été associées à un risque accru de cancer du rein. La relation persiste après ajustement avec les principaux facteurs de risque et le traitement anti-hypertenseur.

Pour en savoir plushttps://www.ahajournals.org/doi/pdf/10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.14820 

Association of Inpatient Use of Angiotensin Converting Enzyme Inhibitors and Angiotensin II Receptor Blockers with Mortality Among Patients With Hypertension Hospitalized With COVID-19

Association of Inpatient Use of Angiotensin Converting Enzyme Inhibitors and Angiotensin II Receptor Blockers with Mortality Among Patients With Hypertension Hospitalized With COVID-19.

Référence de l’article DOI: 10.1161/CIRCRESAHA.120.317134.

Résumé proposé par :Pr T Angoulvant

Le papier montre que sur une cohorte de 1128 hypertendus, parmi lesquels 188 ont continué les IEC/ARAII pendant leur hospitalisation, la poursuite des IEC/ARAII était associée à une mortalité réduite de près de 60% et une réduction des autres complications dues au COVID, sans entraîner une baisse plus importante de la pression artérielle.

Les auteurs ont réalisé des analyses statistiques adaptées, ajustées sur tous les facteurs de confusion potentiels ainsi que plusieurs analyses de sensibilité qui confirment la robustesse de leur résultat.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32302265/

Association Between Renin-Angiotensin System Blockade Discontinuation and All-Cause Mortality Among Persons With Low Estimated Glomerular Filtration Rate

Référence de l’article Qiao Y, Shin J, Chen TK, et al. Association Between Renin-Angiotensin System Blockade Discontinuation and All-Cause Mortality Among Persons With Low Estimated Glomerular Filtration Rate. JAMA Intern Med.Published online March 09, 2020. doi:10.1001/jamainternmed.2020.0193

Résumé proposé par : Pr Jean Pierre Fauvel

La poursuite des bloqueurs du système rénine angiotensine (IEC/Sartans) chez les insuffisants rénaux stade 4 et 5 (eDFG<30 ml/min/1.73m²) est bénéfique pour le risque cardiovasculaire sans être délétère pour le rein

Pour en savoir plus : https://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/article-abstract/2762699

CAT chez les patients sous PPC ou sous VNI suspects de Covid

CAT chez les patients sous PPC ou sous VNI suspects de Covid

Référence de l’article : La SFRMS, le groupe sommeil de la SPLF et la FFP

Résumé proposé par : Pr Claire Mounier-Vehier et Pr Jean Pierre Fauvel

 

Les patients appareillés par PPC et par VNI bénéficient d’une ventilation dite à fuites intentionnelles (qui permet l’évacuation du CO2)

Cette fuite est située au niveau du masque et si le patient est COVID+, elle fait l’effet d’un aérosol de Covid dans la pièce où le patient se ventile

Par conséquent si un de vos patients est suspect d’être Covid avec des signes bénins l’autorisant à rester chez lui, il peut poursuivre sa PPC ou sa VNI à la seule condition de se ventiler en dehors de toute autre personne présente dans la pièce (faire chambre à part). Si ce n’est pas possible, il faut dans ce cas arrêter la PPC ou la VNI pendant 15 à 20 jours.

Au cas où le patient ne peut se passer de sa VNI ou PPC et ne peut pas faire chambre à part, contacter le prestataire qui préviendra le prescripteur

Pour en savoir plus : https://www.sfrms-sommeil.org/articles-a-la-une/apnees-du-sommeil-ppc-et-coronavirus