div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

Redefining Cardiac Biomarkers in Predicting Mortality of Inpatients With COVID-19

Référence de l’article : Qin JJ, Cheng X, Zhou F, et al. Redefining Cardiac Biomarkers in Predicting Mortality of Inpatients With COVID-19. Hypertension. 2020;76(4):1104-1112. doi:10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15528

Résumé proposé par : PY Courand

 

Qin JJ et collaborateurs ont publié récemment dans la revue Hypertension une cohorte rétrospective multicentrique de 3219 patients (Province de Hubai, Chine) afin d’évaluer la capacité des biomarqueurs cardiaques à prédire la mortalité toute cause à 28 jours des patients atteints de la maladie COVID-19. Les prélèvements biologiques ont été réalisés à l’admission des patients en hospitalisation. Après avoir ajusté les modèles de survie à l’âge, au genre et aux comorbidités, les auteurs rapportent que pour des valeurs supérieures au seuil pathologique du laboratoire, la troponine ultrasensible, le NT-proBNP et la myoglobine multiplie de façon statistiquement significative le risque de mortalité toute cause à 28 jours de 7.12, 5.11 et 4.50 respectivement. Cette information conforte des données déjà publiées dans d’autres articles. L’élément d’intérêt de ce travail réside dans le fait que la valeur la plus discriminante des biomarqueurs se situe nettement en-dessous des valeurs considérées comme pathologiques par les laboratoires : 49% pour la troponine ultrasensible, 18.9% pour le NT-proBNP et 49.8% pour la myoglobine. Ces biomarqueurs cardiaques permettent de révéler de façon précoce des signes de mauvais pronostic de la maladie COVID-19 même à des seuils nettement plus bas que ceux habituellement utilisés pour le diagnostic d’insuffisance cardiaque ou de syndrome coronaire aigu. 

Pour en savoir plus : https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15528

Outcomes of Intensive Systolic Blood Pressure Reduction in Patients With Intracerebral Hemorrhage and Excessively High Initial Systolic Blood Pressure: Post Hoc Analysis of a Randomized Clinical Trial

Outcomes of Intensive Systolic Blood Pressure Reduction in Patients With Intracerebral Hemorrhage and Excessively High Initial Systolic Blood Pressure: Post Hoc Analysis of a Randomized Clinical Trial

Référence de l’article : Qureshi AI, Huang W, Lobanova I, et al. Outcomes of Intensive Systolic Blood Pressure Reduction in Patients With Intracerebral Hemorrhage and Excessively High Initial Systolic Blood Pressure: Post Hoc Analysis of a Randomized Clinical Trial. JAMA Neurol. Published online September 08, 2020. doi:10.1001/jamaneurol.2020.3075

Lecture proposée par : R Boulestreau

La cible tensionnelle optimale en phase aigüe d’un AVC hémorragique reste incertaine.

Qureshi et al ont repris les données de 228 patients ayant participé à l’essai ATACH-II. Ils ont comparé l’effet d’une cible de pression systolique « stricte » en phase aigüe (110-139 mmHg) versus « standard » (140-179 mmHg), chez les patients présentant un AVC hémorragique et une pression artérielle systolique à l’entrée dans l’étude supérieure à 220 mmHg de systolique. La randomisation a eu lieu dans les 4h30 suivant le début des symptômes, et le traitement utilisé était la Nicardipine IV. Les dégradations neurologiques au cours des 24 premières heures étaient significativement plus fréquentes dans le groupe ciblant un contrôle strict de la pression artérielle (15.5% vs 6.8%, p = 0.04) sans bénéfice sur la mortalité ou l’incapacité sévère à 90 jours (39.0% vs 38.4%, p = 0.92), ni sur l’expansion de l’hématome.

Ces résultats suggèrent la prudence dans l’application des recommandations actuelles (contrôle strict) chez les patients présentation un AVC hémorragique et une pression artérielle supérieure à 220 mmHg de systolique à l’admission.

Pour en savoir plus : https://jamanetwork.com/journals/jamaneurology/fullarticle/2769857?

 

Trends in Blood Pressure Control Among US Adults With Hypertension, 1999-2000 to 2017-2018

Trends in Blood Pressure Control Among US Adults With Hypertension, 1999-2000 to 2017-2018

Référence de l’article : Muntner P, Hardy ST, Fine LJ, et al. Trends in Blood Pressure Control Among US Adults With Hypertension, 1999-2000 to 2017-2018. JAMA. Published online September 09, 2020. doi:10.1001/jama.2020.14545

Lecture proposée par : JP Fauvel

Il n’y a pas qu’en France… La prévalence aux États-Unis de l’HTA contrôlée pourrait avoir diminué de 2013-2014 à 2017-2018.

Parmi les 18 262 adultes souffrant d’hypertension, la proportion estimée, corrigée en fonction de l’âge, de personnes dont la PA est contrôlée est passée de 53,8 % (95 % IC, 48,7 %-59,0 %) en 2013-2014, à 43,7 % (95 % IC, 40,2 %-47,2 %) en 2017-2018 (P = 0,003 pour la tendance).

Pour en savoir plus https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2770254?

Association Between Renin-Angiotensin-Aldosterone System Inhibitors and COVID-19 Infection in South Korea

Association Between Renin-Angiotensin-Aldosterone System Inhibitors and COVID-19 Infection in South Korea

Référence de l’article : Minkook Son, Jeongkuk Seo and Sung Yang. published online ahead of print, 2020 Jul 13. Hypertension. 2020;HYPERTENSIONAHA12015464. doi:10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15464

Lecture proposée parJP Fauvel

 

Dans cette étude cas témoin Coréenne, sur 16 281 sujets souffrant d’hypertension, 950 (5,8 %) cas de COVID-19 ont été confirmés. Un traitement par un inhibiteur du SRAA n’a pas été associé ni au risque d’infection par le SARS-CoV-2, ni à une hospitalisation, ni au transfert en unité de soins intensifs. Cette étude confirme l’absence d’association identifiable entre l’exposition aux inhibiteurs du SRAA et le risque et la gravité de l’infection par COVID-19, ce qui confirme les recommandations selon lesquelles les patients ne devraient pas arrêter leur traitement par inhibiteurs du SRAA

La présente étude démontre l’absence d’une association identifiable entre l’exposition aux inhibiteurs du RAAS et le risque et la gravité de l’infection par COVID-19, ce qui confirme les directives et recommandations médicales actuelles selon lesquelles les patients ne devraient pas arrêter de prendre des inhibiteurs du RAAS parce qu’ils craignent un risque accru d’infection ou de maladie grave par COVID-19.

Pour en savoir plus https://doi.org/10.1161/HYPERTENSIONAHA.120.15464

Risk Factors Associated With Mortality Among Patients With COVID-19 in Intensive Care Units in Lombardy, Italy

Risk Factors Associated With Mortality Among Patients With COVID-19 in Intensive Care Units in Lombardy, Italy

Référence de l’article : Grasselli G et al, for the COVID-19 Lombardy ICU Network

JAMA Intern Med. Published online July 15, 2020. doi:10.1001/jamainternmed.2020.3539

Lecture proposée par : JP Fauvel

 

Sur les 3988 patients en unité de soins intensifs, d’âge médian de 63 ans, inclus dans cette étude de cohorte Italienne ayant un suivi médian de 44 jours, 60,5% présentaient au moins une comorbidité. Dans le sous-groupe des 1715 premiers patients, au 30 mai 2020, 915 patients (53,4 %) sont décédés à l’hôpital. Les facteurs de risque indépendants associés à la mortalité comprenaient l’âge, le sexe masculin, la fraction élevée d’oxygène inspirée, une pression expiratoire finale positive élevée, un faible rapport PaO2:FiO2 et des antécédents de BPCO , d’hypercholestérolémie et de diabète de type 2. L’hypertension n’était pas un facteur de risque indépendant de mortalité. Aucun médicament n’a été associé de manière indépendante à la mortalité (inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine HR, 1,17 ; 95 % IC, 0,97-1,42; antagonistes des récepteurs de l’angiotensine HR, 1,05 ; 95 % IC, 0,85-1,29). Cette étude de cohorte rétrospective a inclus des patients admis dans des unités de soins intensifs avec une COVID-19 confirmée dont le taux de mortalité était élevé.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32667669/