Treatment for Mild Chronic Hypertension during pregnancy (CHAP trial)

Référence de l’article : Tita AT el al. N Engl J Med 2022 ;386(19) :1781-1792

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Le bénéfice et la sécurité du traitement de l’hypertension chronique légère (PA <160/100 mm Hg) pendant la grossesse sont incertains. Des données sont nécessaires pour savoir si une stratégie consistant à viser une PA < à 140/90 mm Hg réduit l’incidence des résultats indésirables de la grossesse sans compromettre la croissance du fœtus.

Dans cet essai ouvert, multicentrique et randomisé, des femmes enceintes avec une HTA chronique légère et des fœtus uniques (à 23 semaines SA) ont été divisé en 2 groupes : 1) avec un traitement actif et 2) aucun traitement actif à moins qu’une hypertension sévère (pression systolique, ≥160 mm Hg ; ou pression diastolique, ≥105 mm Hg) ne se développe (groupe témoin). Le critère de jugement principal était un composite de prééclampsie sévère, naissance prématurée <35 semaines, abruption placentaire et mor néonatal/fœtal.

Parmi les 2408 participantes le pourcentage de naissances de petits poids pour l’âge gestationnel inférieurs au 10e percentile était de 11,2 % dans le groupe de traitement actif et de 10,4 % dans le groupe témoin. L’incidence des complications maternelles graves était de 2,1 % et 2,8 %, respectivement. L’incidence de toute prééclampsie dans les deux groupes était de 24,4 % et 31,1 %. L’incidence des complications néonatales graves était de 2,0 % et 2,6 %, l’incidence des naissances prématurées était de 27,5 % et 31,4 %. L’incidence de préeclampsie était de 24.4% et 31.1% respectivement.

L’étude confirme que chez les femmes enceintes souffrant d’hypertension chronique légère, une stratégie consistant à viser une PA inférieure à 140/90 mm Hg était associée à de meilleurs résultats de grossesse qu’une stratégie consistant à réserver le traitement uniquement à l’hypertension sévère, sans augmentation significative du risque de naissance de petit poids pour l’âge gestationnel.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35363951/

Lire la suite

Long-term efficacy and safety of renal denervation in the presence of antihypertensive drugs (SPYRAL HTN-ON MED): a randomized, sham-controlled trial

Référence de l’article : Mahfoud F et al. The Lancet 2022 ;399(10333) :1401-1410.

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Il a démontré que la dénervation rénale permet d’abaisser la pression artérielle (PA) en présence de médicaments antihypertenseurs ; cependant, les données sur l’efficacité et la sécurité à long terme des essais randomisés sur la dénervation rénale font défaut. Dans cette analyse pré-spécifiée de l’étude SPYRAL HTN-ON MED (étude en aveugle), il a été comparé les changements de PA, l’utilisation de médicaments antihypertenseurs et la sécurité jusqu’à 36 mois de la dénervation rénale par rapport à un groupe témoin « sham ».

Des 467 patients de 25 centres cliniques, 80 patients ont été inclus. Les patients éligibles devaient avoir une PAS ambulatoire sur 24 heures de 140-170 mm Hg, tout en prenant un à trois médicaments antihypertenseurs à doses stables pendant au moins 6 semaines. Les patients ont subi une angiographie rénale et ont été randomisés 1:1 à la dénervation rénale par radiofréquence ou à une procédure « sham ». Le critère d’évaluation principal était la différence de traitement dans la PAS moyenne sur 24 heures à 6 mois entre le groupe de dénervation rénale et le groupe de contrôle fictif.

Les PAS et PAD ambulatoires moyennes ont été significativement réduits dans le groupe dénervation rénale et significativement inférieures à celles du groupe contrôle à 24 et 36 mois, malgré une intensité de traitement similaire en médicaments antihypertenseurs. La baisse de tension artérielle était de 18.7mmHg dans le groupe dénervation et de 8.6mmHg dans le groupe contrôle à 36 mois.

La dénervation rénale par radiofréquence comparée au contrôle « sham » est responsable d’une réduction de la PA cliniquement significative et durable jusqu’à 36 mois de suivi, indépendamment des médicaments antihypertenseurs concomitants. Aucun signal de sécurité était détecté à court terme ou long terme

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35390320/

Lire la suite

Consideration of the reference value and number of measurements of the urinary sodium-to-potassium ratio based on the prévalence of untreated home hypertension : TMM Cohort Study

Référence de l’article : Kogure M et al. Hypertension research 2022 ;45 :866-875

Lecture proposée par : G Ehret & M Lopez-Sublet

Le sodium urinaire peut servir à identifier des patients avec une forte consommation de sodium et une hypertension artérielle (HTA) liée à ce comportement. Le recueil d’urines sur 24h n’est pas facilement réalisable en pratique clinique et le spot urinaire n’est pas précis. Le rapport urinaire (spot) de sodium/potassium (Na/Ku) pourrait être une alternative d’analyse de la consommation de sel, cependant, aucune valeur de référence n’a été établie car le rapport Na/Ku est connu pour avoir des variations diurnes et journalières importante.
Cette étude japonaise de cohorte transversale s’est intéressée à étudier le nombre de jours nécessaires pour obtenir une meilleure association entre le rapport Na/Ku du matin et la pression artérielle à domicile. Les données sont issues du projet Tohoku Medical Megabank.

Au total, 3’122 participants ont été équipés des appareils de mesure de la PA et ont eu des mesures du rapport Na/Ku pendant 10 jours consécutifs. L’étude a évalué la relation entre le rapport Na/Ku du matin de 1er jour à 10ème jour et l’hypertension à domicile en utilisant des modèles de régression logistique multiple. On constate que la pression artérielle est corrélée de manière linéaire avec le rapport Na/Ku et les mesures multiples du rapport Na/Ku sont plus fortement associés à une hypertension par automesure que des dosages uniques. Il n’y avait pas de seuil de Na/Ku pour l’association observée. Les mesures de Na/Ku sont restés stables à partir du 3e jour de mesure.
Cette étude conclu à que le rapport Na/Ku en milieu communautaire peut avoir éventuellement le potentiel d’identifier les consommateurs de sel parmi les hypertendus dans une approche populationnelle.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35043014/

Lire la suite

Prevalence of Medications That May Raise Blood Pressure Among Adults With Hypertension in the United States

Référence de l’article : Vitarello JA et al. JAMA Internal Medicine 2022 ;82(1) :90-93

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Cette enquête transversale représentative de la population américaine s’est intéressée à la prévalence de l’utilisation de médicaments susceptibles d’élever la PA et examine leur association avec le contrôle de la PA et l’utilisation d’antihypertenseurs.

18 % des adultes souffrant d’hypertension aux USA ont déclaré prendre des médicaments susceptibles de provoquer une élévation de la pression artérielle. L’utilisation de ces médicaments était associée à une probabilité accrue d’hypertension non contrôlée chez les personnes ne prenant pas d’antihypertenseurs et à une plus grande utilisation d’antihypertenseurs chez les patients souffrant d’hypertension contrôlée et non contrôlée.

Leurs résultats indiquent une possibilité importante d’améliorer le contrôle de la PA en optimisant la connaissance des médicaments consommés par un patient. Dès lors, les cliniciens devraient systématiquement rechercher les médicaments susceptibles de provoquer une élévation de la PA et envisager de les arrêter, de les remplacer, de minimiser leur dose et leur durée d’utilisation

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34807229/

Lire la suite

Improving compliance to antihypertensive treatment in women with hypertension

Référence de l’article : Milhailidou A et al. e-journal of Cardiology-Practice 2022;22(5)

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

L’inobservance au traitement antihypertenseur reste un défi pour le contrôle tensionnel et cette publication s’intéresse aux différences entre les sexes et fait un focus sur le constat du plus mauvais contrôle actuellement chez les femmes.

Plusieurs obstacles à cela, les facteurs liés au système de santé et l’inertie thérapeutique en première ligne. Plus encore, reconnaitre les symptômes, le retard pris pour débuter un traitement, les objectifs tensionnels non obtenus, la désinformation, le problème lié à la mesure et le cout des médicaments sont aussi à tenir en compte.

Le contrôle de l’HTA est la priorité absolue pour réduire le fardeau des maladies cardiovasculaires chez les femmes, en particulier celles souffrant d’hypertension. Ce travail aborde de façon synthétique cette problématique avec des messages clefs.

Merci au Dr Milhailidou pour le travail collaboratif avec la SFHTA et accord donné pour publier le lien pour accéder à son travail.

Article en accès gratuit : https://www.escardio.org/Journals/E-Journal-of-Cardiology-Practice/Volume-22/improving-compliance-to-antihypertensive-treatment-in-women-with-hypertension

Lire la suite