Mineralocorticoid Receptor Antagonist Use and Hard Renal Outcomes in Real-World Patients With Chronic Kidney Disease

Référence de l’article : Mineralocorticoid Receptor Antagonist Use and Hard Renal Outcomes in Real-World Patients With Chronic Kidney Disease. Tatsufumi Oka, Yusuke Sakaguchi, Koki Hattori, Yuta Asahina, Sachio Kajimoto, Yohei Doi, Jun-Ya Kaimori and Yoshitaka Isaka. Hypertension 2022 jan 14; HYPERTENSION12118360

Lecture proposée par : JP Fauvel

Dans cette analyse des données de 3195 patients, issues d’un seul centre académique japonais, les auteurs montrent que l’utilisation d’antagonistes des récepteurs aux minéralocorticoides (ARM) est associée à une réduction de 28% la survenue d’une IRCT chez les insuffisants rénaux stades 3-4 et même 5. (eDFG 10 à 60 ml/min/1.73m² à l’inclusion)

L’âge médian et le débit de filtration glomérulaire estimé au départ étaient respectivement de 66 ans et de 38,4 ml/min par 1,73 m2. Au cours du suivi (médiane, 5,9 ans), 770 patients ont reçu un ARM, 211 sont décédés et 478 ont commencé un traitement de substitution rénale. Dans un modèle de régression logistique groupé pondéré par la probabilité inverse de la pondération, l’utilisation d’ARM était significativement associée à un taux inférieur de 28 % d’initiation d’une thérapie de remplacement rénal (rapport de risque, 0,72 [IC 95 %, 0,53-0,98]).

L’association entre l’utilisation d’ARM et l’initiation d’un traitement de substitution rénale était dose-dépendante (P pour la tendance <0,01) et cohérente dans tous les sous-groupes de patients.

L’incidence de l’hyperkaliémie (>5,5 mEq/L) était un peu plus élevée chez les utilisateurs d’ARM mais non significative (rapport de risque, 1,14 [IC 95 %, 0,88-1,48]).

Les utilisateurs d’ARM ont montré un meilleur pronostic rénal dans divers sous-groupes de maladies rénales chroniques dans une population réelle de maladies rénales chroniques.

 

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35026955/

Lire la suite

Hypertension in Pregnancy: Diagnosis, Blood Pressure Goals, and Pharmacotherapy: A scientific Statement From the American Heart Association

Référence de l’article : Garovic VD et al. Hypertension 2021 ;79 :00-00.DOI :10.1161/HYP.0000000000000208

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet et C Mounier Vehier (partenariat SFHTA et Agir pour le cœur des femmes)

Les troubles hypertensifs de la grossesse (THG) demeurent l’une des principales causes de morbidité et de mortalité maternelles et fœtales liées à la grossesse dans le monde entier. Les femmes affectées présentent également un risque accru de maladie cardiovasculaire plus tard dans la vie.

Les recommandations pour le diagnostic et le traitement de THG aux États-Unis ont peu, voire pas du tout, changé au cours des dernières décennies, contrairement aux recommandations sur l’hypertension pour la population générale. Les raisons de cette approche incluent la question du bénéfice de la normalisation du traitement de l’HTA chez les femmes enceintes, associée à des préoccupations théoriques concernant le bien-être du fœtus.

Ce rapport est basé sur une revue de la littérature actuelle et comprend les changements physiologiques normaux de la grossesse qui peuvent affecter la présentation clinique de THG, l’épidémiologie de la THG et les complications immédiates et à long terme maternelles de THG.

La prééclampsie est une maladie vasculaire hétérogène avec différents phénotypes cliniques et des mécanismes pathologiques probablement distincts. Ce consensus fait un aperçu critique des directives nationales et internationales actuelles, souligne les preuves émergentes que la réduction des objectifs du traitement de l’HTA pendant la grossesse peut réduire le risque d’hypertension grave  de la mère avec ses complications sans augmenter le risque pour la croissance fœtale et la grossesse

Enfin, ce consensus discute de l’avenir de la recherche dans ce domaine et du besoin pressant d’étudier l’impact des facteurs socioéconomiques et biologiques qui contribuent probablement aux disparités raciales et ethniques en matière de soins de santé maternelle.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34905954/

Lire la suite

Flash actualités HTA pour les Centre d’Excellence et BP Clinic – Hyperaldosteronisme primaire

Référence de l’article : Agarwal R et al. NEJM 2021 ;385(27) :2507-2519

L’éplerénone est un médicament qui appartient à la famille des diurétiques. Dans le cadre de son autorisation de mise sur le marché (AMM) il est indiqué en complément des traitements habituels pour diminuer le risque de morbi-mortalité chez les patients ayant une insuffisance cardiaque à fraction déjection réduite (FEVG <=30%) y compris après un infarctus du myocarde (FEVG<=40%).

En janvier 2021 l’éplerénone a obtenu une recommandation temporaire d’utilisation (RTU), devenue Cadre de Prescription Compassionnelle (CPC) en juillet 2021, dans l’hyperaldosteronisme primaire (HAP) en cas d’intolérance à la spironolactone. Ce dispositif permet d’encadrer son utilisation dans l’HAP en dehors de leur AMM. Sa prescription initiale dans ce cadre est réservée aux cardiologues, néphrologues, endocrinologues et internistes avec un renouvellement possible pour tout médecin par la suite.

Pour en savoir plus : https://ansm.sante.fr/tableau-atu-rtu/inspra-25-mg-comprime-pellicule

Lire la suite

Chlorthalidone for Hypertension in Advanced Chronic Kidney Disease

Référence de l’article : Agarwal R et al. NEJM 2021 ;385(27) :2507-2519

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet.

Peu de preuves sont disponibles pour soutenir l’utilisation des diurétiques thiazidiques pour traiter l’hypertension chez les patients atteints d’insuffisance rénale chronique avancée.

Cette étude porte sur l’utilisation de la chlortalidone chez des patients avec une maladie rénale chronique de stade 4 et d’une hypertension mal contrôlée sur 24h. 160 patients ont été randomisés. Le débit de filtration glomérulaire moyen (±SD)) était de 23,2±4,2 ml par minute et par 1,73 m2 de surface corporelle et le nombre moyen d’antihypertenseurs prescrits était de 3,4±1,4.

Dans un rapport 1:1 , ils ont reçu de la chlorthalidone à une dose initiale de 12,5 mg par jour, avec des augmentations toutes les 4 semaines si nécessaire jusqu’à une maximale de 50 mg par jour vs placebo.

Le principal résultat de cette étude a été la modification de la pression artérielle systolique ambulatoire sur 24 heures entre le début de l’étude et 12 semaines , avec une réduction de -11,0 mm Hg (intervalle de confiance [IC] à 95 %, -13,9 à -8,1) dans le groupe chlorthalidone et de -0,5 mm Hg (IC à 95 %,-3,5 à 2,5) dans le groupe placebo.

Dès lors cette étude montre que chez les patients avec une insuffisance rénale chronique stade 4 avec une HTA mal contrôlée, un traitement par chlorthalidone à posologies croissantes a amélioré le contrôle de la PA  après 12 semaines, comparativement au placebo.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34739197/

Lire la suite

Rise in Blood Pressure Observed Among US Adults During the COVID-19 Pandemic.

Référence de l’article : Laffin LJ, Kaufman HW, Chen Z, Niles JK, Arellano AR, Bare LA, Hazen SL. Rise in Blood Pressure Observed Among US Adults During the COVID-19 Pandemic. Circulation. 2021 Dec 6. doi: 10.1161/CIRCULATIONAHA.121.057075.

Lecture proposée par : Béatrice Duly-Bouhanick

Dans une lettre publiée dans Circulation, les auteurs constatent dans une étude longitudinale sur 50 états aux Etats Unis une augmentation des PAS/PAD chez des patients adultes pendant la pandémie COVID-19 par rapport aux années précédentes. Celle-ci est plus marquée chez les femmes et elle ne serait pas liée à la prise de poids observée pendant le confinement (les hommes en auraient même perdu). Les auteurs évoquent des raisons multiples à cette augmentation des PA parmi lesquelles une augmentation de la consommation d’alcool, du stress et une réduction de l’activité physique. Ils mettent l’accent sur le risque d’une augmentation de l’incidence de la mortalité cardiovasculaire

Pour en savoir plusarticle en accès libre: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34865499/

Lire la suite