div class="uk-width-1-4 uk-vertical-align-middle"-->

SPRINT chez les insuffisants rénaux

SPRINT chez les insuffisants rénaux

Synthèse du Dr. Nans Florens et Pr. Jean-Pierre Fauvel, Service de Néphrologie, hypertension et dialyse, Hôpital E Herriot, Lyon

L’étude SPRINT, a montré qu’un contrôle plus strict de la pression artérielle (120 vs 140 mmHg) dans une population à haut risque cardiovasculaire non diabétique s’associait à une réduction de la mortalité toute cause et de la mortalité cardiovasculaire. Parmi les patients, un nombre significatif présentait un DFG selon le MDRD entre 20 et 60 ml/min/1.73m², 1330 patients dans le groupe traitement intensif et 1316 dans le groupe standard.

Chez les insuffisants rénaux, le critère de jugement principal composite (regroupant la survenue d’un IDM non fatal et/ou d’un syndrome coronarien aigu sans IDM et/ou décompensation cardiaque et ou d’un AVC et/ou d’une mort de cause CV) n’était pas significatif entre les deux objectifs tensionnels. En analyse de sous-groupe, il pourrait y avoir un effet sur la mortalité toute cause de la stratégie intensive et on note une significativité du critère de jugement principal dans la population de plus de 75 ans. A confirmer ….

Concernant la tolérance, on note un nombre significatif de perte de plus de 30% du DFG dans le groupe intensif et la survenue de plus d’effets indésirables de type hypo/hyperkaliémie et d’IRA.

En somme, la stratégie de contrôle intensif chez les patients IRC non diabétiques de plus de 50 ans à haut risque cardiovasculaire ne semble pas efficace sur la mortalité et les évènements cardiovasculaires.

Pour en savoir plus vous pouvez télécharger l’article :

« Effects of Intensive BP Control in CKD » – Alfred K. Cheung,*† et al for the SPRINT Research Group à  l’adresse suivante http://jasn.asnjournals.org/content/28/9/2812.full.pdf+html