Hypertension in Pregnancy: Diagnosis, Blood Pressure Goals, and Pharmacotherapy: A scientific Statement From the American Heart Association

Référence de l’article : Garovic VD et al. Hypertension 2021 ;79 :00-00.DOI :10.1161/HYP.0000000000000208

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet et C Mounier Vehier (partenariat SFHTA et Agir pour le cœur des femmes)

Les troubles hypertensifs de la grossesse (THG) demeurent l’une des principales causes de morbidité et de mortalité maternelles et fœtales liées à la grossesse dans le monde entier. Les femmes affectées présentent également un risque accru de maladie cardiovasculaire plus tard dans la vie.

Les recommandations pour le diagnostic et le traitement de THG aux États-Unis ont peu, voire pas du tout, changé au cours des dernières décennies, contrairement aux recommandations sur l’hypertension pour la population générale. Les raisons de cette approche incluent la question du bénéfice de la normalisation du traitement de l’HTA chez les femmes enceintes, associée à des préoccupations théoriques concernant le bien-être du fœtus.

Ce rapport est basé sur une revue de la littérature actuelle et comprend les changements physiologiques normaux de la grossesse qui peuvent affecter la présentation clinique de THG, l’épidémiologie de la THG et les complications immédiates et à long terme maternelles de THG.

La prééclampsie est une maladie vasculaire hétérogène avec différents phénotypes cliniques et des mécanismes pathologiques probablement distincts. Ce consensus fait un aperçu critique des directives nationales et internationales actuelles, souligne les preuves émergentes que la réduction des objectifs du traitement de l’HTA pendant la grossesse peut réduire le risque d’hypertension grave  de la mère avec ses complications sans augmenter le risque pour la croissance fœtale et la grossesse

Enfin, ce consensus discute de l’avenir de la recherche dans ce domaine et du besoin pressant d’étudier l’impact des facteurs socioéconomiques et biologiques qui contribuent probablement aux disparités raciales et ethniques en matière de soins de santé maternelle.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34905954/

Lire la suite

Nonadnerence in Hypertension: How to Develop and Implement Chemical Adherence Testing

Référence de l’article : Lane D et al. Nonadherence in Hypertension: How to develop and Implement Chemical Adherence Testing. Hypertension 2022;79:00-00. DOI:10.1161/HYPERTENSIONAHA. 121.17596

Lecture proposée par : M Azizi et M Lopez-Sublet

L’inobservance aux traitements antihypertenseurs est fréquente, en particulier chez les patients ayant une hypertension artérielle (HTA) apparemment résistante. Le test d’adhésion (observance) thérapeutique réalisé par screening urinaire ou plasmatique de la présence/absence des médicaments prescrits par chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse (LCMS) est une méthode fiable et validée pour détecter l’inobservance aux traitements antihypertenseurs. Cette mesure objective a montré l’ampleur du phénomène de non-observance qui peut atteindre 50% des patients ayant une HTA résistante. Cette revue de la littérature partage l’expérience de plusieurs centres européens dont le centre de l’HEGP à Paris, et décrit les principes du test de screening urinaire ou plasmatique des médicaments antihypertenseurs et fournit un ensemble de recommandations méthodologiques pour les centres qui souhaiteraient développer ce test.

De façon pratique, il est recommandé de réaliser un tel test chez les patients : 1) Qui ont une HTA résistante, ou 2) Qui prennent au moins 2 antihypertenseurs et dont la baisse de la pression artérielle systolique est < 10 mmHg lors de l’ajout du deuxième médicament antihypertenseur. Il est recommandé d’obtenir le consentement du patient. Enfin cette publication propose une liste des 20 à 24 médicaments qui couvrent plus de 95 % des prescriptions de médicaments antihypertenseurs et qui peuvent être inclus avec les informations sur l’identification des plateformes de spectrométrie (selon les usages au Royaume Uni, l’Europe et les USA).

Pour en savoir plus https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34739765/

Lire la suite

Gain in net survival from hypertension control over the last half-century

Référence de l’article :  Pierre Lantelme et al. European Journal of Preventive Cardiology 2021. doi:10.1093/eurjpc/zwab094

Lecture proposée par P Lantelme et M Lopez-Sublet

L’objectif de cette étude a été de déterminer si les améliorations apportées à la prise en charge de l’hypertension artérielle en France au cours des cinq dernières décennies, ont influencé le pronostic des sujets.

L’analyse a portée sur 4657 patients en provenance de deux cohortes françaises OLD-HTA et NEW-HTA d’hypertendus hospitalisés entre 1969 et 2014. Cinq périodes d’inclusion correspondant à 5 décennies ont été considérées et le critère principal a été la mortalité toute causes confondues. Au cours des cinq périodes, les caractéristiques des hypertendus ont changé avec notamment une diminution de la proportion des hypertendus de grade 3, passant de 43,3 % à seulement 6,3 %. Surtout, la survie nette, c’est-à-dire la survie tenant en compte de l’augmentation générale de l’espérance de vie, s’est drastiquement améliorée à niveau de pression artérielle équivalent. Ainsi, la survie nette à 15 ans des hypertendus inclus dans les années 2010 a quasiment rejoint celle de la population générale alors qu’elle était de 2 ans inférieure dans les années 70 soit un gain de 12,3%.

L’avènement de la prise en charge moderne de l’HTA a considérablement réduit la surmortalité des sujets hypertendus (vs la population générale) ; dans un contexte de banalisation de la mesure de la pression artérielle et de réticence aux traitements de longue durée, les médecins devraient considérer cet avantage et l’utiliser pour promouvoir le contrôle de la pression artérielle.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34269383/

 

Lire la suite