Hypertension and incident cardiovascular events after next-generation BTki therapie initiation

Référence de l’article : Chen ST et al. J Hematol Oncol 2022 ;15(1) :92.doi :10.1186/s13045-022-01302-7.

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Des analyses post-commercialisation ont révélé des liens imprévus entre le traitement par un inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton (BTKi) de première génération, l’ibrutinib, et une HTA précoce sévère. Cependant, on ne sait pas si ce phénomène est observé avec le nouveau traitement BTKi sélectif de deuxième génération l’acalabrutinib.

Cette étude a évalué l’incidence et impact d’une HTA « de novo » ou aggravée (PAS ≥ 130 mmHg après l’initiation de l’acalabrutinib. Les auteurs se sont appuyés pour cela sur la grande cohorte de patients consécutifs atteints de cancer à cellules B traité par acalabrutinib de 2014 à 2020. Le critère d’évaluation secondaire était les événements cardiovasculaires majeurs (ECVM)

Globalement, sur 280 patients traités par acalabrutinib, 48,9 % ont développé une nouvelle hypertension ou une hypertension aggravée sur une période médiane de 41 mois. L’incidence cumulée de nouvelle hypertension à 1 an était de 53,9 %, dont 1,7 % avec une hypertension de haut grade (≥ 3). Le degré d’augmentation de la pression artérielle dans l’année qui suit le début du traitement prédit le risque de ECVM (augmentation de 42 % du risque relatif pour chaque 5 mmHg d’augmentation de la pression artérielle, P < 0,001). Aucune classe d’antihypertenseur n’a empêché l’aggravation de l’hypertension liée à l’acalabrutinib.

Dès lors,, ces données suggèrent que l’hypertension peut être un effet de classe des thérapies BTKi qu’il faut prendre en compte car elle précède la survenue d’événements CV majeurs.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35836241/ 

Lire la suite

Treatment for Mild Chronic Hypertension during pregnancy (CHAP trial)

Référence de l’article : Tita AT el al. N Engl J Med 2022 ;386(19) :1781-1792

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Le bénéfice et la sécurité du traitement de l’hypertension chronique légère (PA <160/100 mm Hg) pendant la grossesse sont incertains. Des données sont nécessaires pour savoir si une stratégie consistant à viser une PA < à 140/90 mm Hg réduit l’incidence des résultats indésirables de la grossesse sans compromettre la croissance du fœtus.

Dans cet essai ouvert, multicentrique et randomisé, des femmes enceintes avec une HTA chronique légère et des fœtus uniques (à 23 semaines SA) ont été divisé en 2 groupes : 1) avec un traitement actif et 2) aucun traitement actif à moins qu’une hypertension sévère (pression systolique, ≥160 mm Hg ; ou pression diastolique, ≥105 mm Hg) ne se développe (groupe témoin). Le critère de jugement principal était un composite de prééclampsie sévère, naissance prématurée <35 semaines, abruption placentaire et mor néonatal/fœtal.

Parmi les 2408 participantes le pourcentage de naissances de petits poids pour l’âge gestationnel inférieurs au 10e percentile était de 11,2 % dans le groupe de traitement actif et de 10,4 % dans le groupe témoin. L’incidence des complications maternelles graves était de 2,1 % et 2,8 %, respectivement. L’incidence de toute prééclampsie dans les deux groupes était de 24,4 % et 31,1 %. L’incidence des complications néonatales graves était de 2,0 % et 2,6 %, l’incidence des naissances prématurées était de 27,5 % et 31,4 %. L’incidence de préeclampsie était de 24.4% et 31.1% respectivement.

L’étude confirme que chez les femmes enceintes souffrant d’hypertension chronique légère, une stratégie consistant à viser une PA inférieure à 140/90 mm Hg était associée à de meilleurs résultats de grossesse qu’une stratégie consistant à réserver le traitement uniquement à l’hypertension sévère, sans augmentation significative du risque de naissance de petit poids pour l’âge gestationnel.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35363951/

Lire la suite

Long-term efficacy and safety of renal denervation in the presence of antihypertensive drugs (SPYRAL HTN-ON MED): a randomized, sham-controlled trial

Référence de l’article : Mahfoud F et al. The Lancet 2022 ;399(10333) :1401-1410.

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Il a démontré que la dénervation rénale permet d’abaisser la pression artérielle (PA) en présence de médicaments antihypertenseurs ; cependant, les données sur l’efficacité et la sécurité à long terme des essais randomisés sur la dénervation rénale font défaut. Dans cette analyse pré-spécifiée de l’étude SPYRAL HTN-ON MED (étude en aveugle), il a été comparé les changements de PA, l’utilisation de médicaments antihypertenseurs et la sécurité jusqu’à 36 mois de la dénervation rénale par rapport à un groupe témoin « sham ».

Des 467 patients de 25 centres cliniques, 80 patients ont été inclus. Les patients éligibles devaient avoir une PAS ambulatoire sur 24 heures de 140-170 mm Hg, tout en prenant un à trois médicaments antihypertenseurs à doses stables pendant au moins 6 semaines. Les patients ont subi une angiographie rénale et ont été randomisés 1:1 à la dénervation rénale par radiofréquence ou à une procédure « sham ». Le critère d’évaluation principal était la différence de traitement dans la PAS moyenne sur 24 heures à 6 mois entre le groupe de dénervation rénale et le groupe de contrôle fictif.

Les PAS et PAD ambulatoires moyennes ont été significativement réduits dans le groupe dénervation rénale et significativement inférieures à celles du groupe contrôle à 24 et 36 mois, malgré une intensité de traitement similaire en médicaments antihypertenseurs. La baisse de tension artérielle était de 18.7mmHg dans le groupe dénervation et de 8.6mmHg dans le groupe contrôle à 36 mois.

La dénervation rénale par radiofréquence comparée au contrôle « sham » est responsable d’une réduction de la PA cliniquement significative et durable jusqu’à 36 mois de suivi, indépendamment des médicaments antihypertenseurs concomitants. Aucun signal de sécurité était détecté à court terme ou long terme

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35390320/

Lire la suite

Prevalence of Medications That May Raise Blood Pressure Among Adults With Hypertension in the United States

Référence de l’article : Vitarello JA et al. JAMA Internal Medicine 2022 ;82(1) :90-93

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Cette enquête transversale représentative de la population américaine s’est intéressée à la prévalence de l’utilisation de médicaments susceptibles d’élever la PA et examine leur association avec le contrôle de la PA et l’utilisation d’antihypertenseurs.

18 % des adultes souffrant d’hypertension aux USA ont déclaré prendre des médicaments susceptibles de provoquer une élévation de la pression artérielle. L’utilisation de ces médicaments était associée à une probabilité accrue d’hypertension non contrôlée chez les personnes ne prenant pas d’antihypertenseurs et à une plus grande utilisation d’antihypertenseurs chez les patients souffrant d’hypertension contrôlée et non contrôlée.

Leurs résultats indiquent une possibilité importante d’améliorer le contrôle de la PA en optimisant la connaissance des médicaments consommés par un patient. Dès lors, les cliniciens devraient systématiquement rechercher les médicaments susceptibles de provoquer une élévation de la PA et envisager de les arrêter, de les remplacer, de minimiser leur dose et leur durée d’utilisation

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34807229/

Lire la suite

Treatment for Mild Chronic Hypertension during Pregnancy

Référence de l’article : Tita AT et al. New England Journal of Medicine 2022, DOI: 10.1056/NEJMoa2201295.

Lecture proposée par : G Ehret

L’utilité et la sécurité du traitement d’une hypertension artérielle non-sévère durant la grossesse sont débattues et il n’y a pas de données de grande qualité pour guider le clinicien. Les bénéfices potentiels d’un tel traitement pourraient être une évolution plus favorable de la grossesse et la crainte est une augmentation du nombre d’enfants qui sont petits pour l’âge gestationnel (PAG).
L’étude CHAP (chronic hypertension and pregnancy), présentée à la réunion de l’American College of Cardiology, est une étude randomisée, multicentrique, ouverte, s’adressant à des femmes avec une hypertension non-sévère (TAS 140-159 ou TAD 90-104mmHg). L’inclusion dans l’étude s’est faite avant 23 semaines de grossesse. Le critère de jugement primaire est un critère composite de prééclampsie, naissance précoce, abruption placentaire, mort fœtal ou néonatal. Le critère de jugement de sécurité est le taux d’enfants avec un poids de naissance en dessous de la 10e percentile.
Au total 2,408 femmes ont été incluses. Le critère de jugement primaire était observé plus rarement dans le groupe de traitement actif: 30.2 vs. 37% (RR 0.82, p<0.001). Le taux d’enfants PAG n’était pas statistiquement différent entre les deux groupes (11.2 vs. 10.4%, p=0.76). Dans les critères de jugement secondaire, le taux de complications sévères maternelles (2.1 vs. 2.8%), le taux de complications sévères néonatales (2 vs. 2.6%) et le taux de prééclampsie (24.4 vs. 31.1%) et le risque de naissance précoce (27.5 vs. 31.4%) étaient tous moins important dans le groupe de traitement actif.
Les résultats représentent les premières données de haute qualité qui suggère que le traitement d’une hypertension non-sévère durant la grossesse est bénéfique pour la femme et l’enfant.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35363951/

Lire la suite