Aortic Stiffness, Central Blood Pressure, and Pulsatile Arterial Load Predict Future Thoracic Aortic Aneurysm Expansion

Référence de l’article : Boczar KE et al. Hypertension 2021 ;77 :126-134.

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

L’anévrisme de l’aorte thoracique est une maladie associée à une morbidité et une mortalité élevées. Cette étude a cherché à déterminer le rôle de la rigidité aortique et de la charge artérielle pulsatile sur la future expansion de l’anévrisme. Cent cinq sujets consécutifs, non opérés, présentant un anévrisme aortique thoracique ont été recrutés et suivis prospectivement. En combinant la tonométrie artérielle avec échocardiographie, différentes mesures de rigidité aortique et de la pression sanguine centrale ont été estimées.

Une régression linéaire multivariable par étapes a évalué les associations entre les mesures de la rigidité et de la croissance de l’anévrisme après ajustement des facteurs de confusion potentiels. L’âge moyen des patients, la taille initiale de l’anévrisme et la durée du suivi étaient de 62,6±11,4 ans, 46,24±3,84 mm et 2,92±1,01 ans, respectivement. Le taux de croissance de l’anévrisme était de 0,43±0,37 mm/an. Après correction pour des comparaisons multiples, la pression systolique centrale (P=0,007) et la pression pulsée (P=0,0002), la vitesse de l’onde de pouls carotide-fémorale (P=0,005) et des ondes de pression réfléchies (P=0,003), ainsi qu’une compliance artérielle totale plus faible étaient indépendamment associés à la croissance future de l’anévrisme.

La rigidité aortique et l’hémodynamique pulsatile sont indépendamment associées à la croissance future de l’anévrisme de l’aorte thoracique et fournissent de nouvelles informations sur l’activité de la maladie. Ces résultats soulignent le rôle de l’évaluation hémodynamique centrale pour adapter de nouvelles stratégies d’évaluation du risque et de traitement aux patients atteints d’anévrisme de l’aorte thoracique.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33249858/

Lire la suite

Utility of urinary albumin excretion as an index for stratifying the residual cardiovascular risk in patients undergoing antihypertensive agents treatment

Référence de l’article : Kikuchi Y et al. Journal of Hypertension 2021 ;39 :2431-2438.

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Les patients traités par des médicaments antihypertenseurs, même ceux dont la pression artérielle (PA) est bien contrôlée, présentent un risque plus élevé de développer une maladie cardiovasculaire athérosclérotique (MCVA) que les personnes non hypertendues présentant un niveau de risque optimal.

Cette étude a émis l’hypothèse que ce risque résiduel pouvait être stratifié sur la base de l’excrétion urinaire d’albumine (EUA).

Un total de 13 082 personnes d’âge moyen et plus âgées avec une PAS/PAD de moins de 160/100 mmHg et des rapports albumine urinaire/créatinine de moins de 300 mg/g et qui n’ont pas subi d’événements cardiovasculaire, ont été suivies. La tension artérielle de départ a été classée en quatre catégories : tension normale (TA1), tension normale élevée (TA2), tension élevée (TA3) et hypertension de grade 1 (TA4), selon les directives 2019 de la Société japonaise d’hypertension.

Après un suivi moyen de 10,6 ± 2,6 ans, le rapport de risque multivariable pour le développement d’une MCVA (n = 994) était déjà augmenté chez les patients hypertendus traités ayant une PA1 par rapport aux individus non-traités ayant une PA1 ; cependant, parmi les patients hypertendus médicamenteux, ce risque était séparé entre les groupes d’EUA, qui ont été classés en fonction de l’UACR médian (hommes, 15,4 mg/g ; femmes, 19,0 mg/g). Chez les patients hypertendus sous traitement, quelle que soit la catégorie de PA, le risque ajusté de développement d’une MCVA chez les personnes ayant un EUA inférieur ou supérieur était comparable à celui observé chez les personnes non traitées des catégories de PA1 et de PA4, respectivement.

En conclusion : chez les patients traités présentant une hypertension bien contrôlée, l’EUA est utile pour stratifier le risque résiduel de développer une MCVA par rapport aux individus non hypertendus présentant des niveaux de risque optimaux.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34261952/

Lire la suite

Association of Fatal and Nonfatal Cardiovascular Outcomes With 24-hour mean arterial pressure

Référence de l’article : Melgarejo JD et al. Hypertension 2021 ;77 :39-48

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Les événements cardiovasculaires indésirables majeurs sont étroitement associés à la pression artérielle (PA) sur 24 heures. Cette publication s’est intéressée à déterminer des seuils axés sur les résultats pour la pression artérielle moyenne (PAM), la pression artérielle systolique (PAS) et la pression artérielle diastolique (PAD) sur 24 heures avec l’indice de pression artérielle estimé par des appareils oscillométriques sur la base d’une cohorte de population (n=11 596).
Au départ, la PAM au cabinet et sur 24 heures était en moyenne de 97,4 et 90,4 mmHg. Sur une période de 13,6 ans (médiane), 2034 événements cardiovasculaires indésirables majeurs sont survenus. Des niveaux de PAM sur 24 heures de <90 (normotension, n=6183), 90 à
<92 (PAM élevée, n=909), 92 à <96 (hypertension de stade 1, n=1544), et ≥96 (hypertension de stade 2, n=2960) mm Hg ont donné des risques d’événements cardiovasculaires majeurs à 10 ans équivalents à ceux de la PAM de cabinet classée selon les seuils américains de 2017 pour la PAS et la PAD au cabinet. Par rapport à la normotension avec PAM sur 24 heures, les rapports de risque étaient de 0,96 (IC 95 %, 0,80-1,16), 1,32 (1,15-1,51) et 1,77 (1,59-1,97) pour une PAM élevée et une PAM de stade 1 et 2.
En conclusion, l’application clinique des seuils de PAM de 24 heures en conjonction avec la PAS et la PAD affine les estimations du risque.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33296250/

Lire la suite

Mineralocorticoid Receptor Antagonist Use and Hard Renal Outcomes in Real-World Patients With Chronic Kidney Disease

Référence de l’article : Mineralocorticoid Receptor Antagonist Use and Hard Renal Outcomes in Real-World Patients With Chronic Kidney Disease. Tatsufumi Oka, Yusuke Sakaguchi, Koki Hattori, Yuta Asahina, Sachio Kajimoto, Yohei Doi, Jun-Ya Kaimori and Yoshitaka Isaka. Hypertension 2022 jan 14; HYPERTENSION12118360

Lecture proposée par : JP Fauvel

Dans cette analyse des données de 3195 patients, issues d’un seul centre académique japonais, les auteurs montrent que l’utilisation d’antagonistes des récepteurs aux minéralocorticoides (ARM) est associée à une réduction de 28% la survenue d’une IRCT chez les insuffisants rénaux stades 3-4 et même 5. (eDFG 10 à 60 ml/min/1.73m² à l’inclusion)

L’âge médian et le débit de filtration glomérulaire estimé au départ étaient respectivement de 66 ans et de 38,4 ml/min par 1,73 m2. Au cours du suivi (médiane, 5,9 ans), 770 patients ont reçu un ARM, 211 sont décédés et 478 ont commencé un traitement de substitution rénale. Dans un modèle de régression logistique groupé pondéré par la probabilité inverse de la pondération, l’utilisation d’ARM était significativement associée à un taux inférieur de 28 % d’initiation d’une thérapie de remplacement rénal (rapport de risque, 0,72 [IC 95 %, 0,53-0,98]).

L’association entre l’utilisation d’ARM et l’initiation d’un traitement de substitution rénale était dose-dépendante (P pour la tendance <0,01) et cohérente dans tous les sous-groupes de patients.

L’incidence de l’hyperkaliémie (>5,5 mEq/L) était un peu plus élevée chez les utilisateurs d’ARM mais non significative (rapport de risque, 1,14 [IC 95 %, 0,88-1,48]).

Les utilisateurs d’ARM ont montré un meilleur pronostic rénal dans divers sous-groupes de maladies rénales chroniques dans une population réelle de maladies rénales chroniques.

 

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35026955/

Lire la suite

Hypertension in Pregnancy: Diagnosis, Blood Pressure Goals, and Pharmacotherapy: A scientific Statement From the American Heart Association

Référence de l’article : Garovic VD et al. Hypertension 2021 ;79 :00-00.DOI :10.1161/HYP.0000000000000208

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet et C Mounier Vehier (partenariat SFHTA et Agir pour le cœur des femmes)

Les troubles hypertensifs de la grossesse (THG) demeurent l’une des principales causes de morbidité et de mortalité maternelles et fœtales liées à la grossesse dans le monde entier. Les femmes affectées présentent également un risque accru de maladie cardiovasculaire plus tard dans la vie.

Les recommandations pour le diagnostic et le traitement de THG aux États-Unis ont peu, voire pas du tout, changé au cours des dernières décennies, contrairement aux recommandations sur l’hypertension pour la population générale. Les raisons de cette approche incluent la question du bénéfice de la normalisation du traitement de l’HTA chez les femmes enceintes, associée à des préoccupations théoriques concernant le bien-être du fœtus.

Ce rapport est basé sur une revue de la littérature actuelle et comprend les changements physiologiques normaux de la grossesse qui peuvent affecter la présentation clinique de THG, l’épidémiologie de la THG et les complications immédiates et à long terme maternelles de THG.

La prééclampsie est une maladie vasculaire hétérogène avec différents phénotypes cliniques et des mécanismes pathologiques probablement distincts. Ce consensus fait un aperçu critique des directives nationales et internationales actuelles, souligne les preuves émergentes que la réduction des objectifs du traitement de l’HTA pendant la grossesse peut réduire le risque d’hypertension grave  de la mère avec ses complications sans augmenter le risque pour la croissance fœtale et la grossesse

Enfin, ce consensus discute de l’avenir de la recherche dans ce domaine et du besoin pressant d’étudier l’impact des facteurs socioéconomiques et biologiques qui contribuent probablement aux disparités raciales et ethniques en matière de soins de santé maternelle.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34905954/

Lire la suite