Arterial hypertension – Clinical trials update 2021

Référence de l’article : Al Horani H et al. Nutr Metab Cardiovasc Dis 2022 ;32(1) :21-31

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet

Cette revue a pour but de détailler des nouveautés en terme d’essais cliniques en HTA. Voici quelques constats discutées dans ce papier :

– L’âge de début de l’hypertension, les niveaux de pression artérielle (PA) nocturne et le profil tensionnel peuvent interagir dans le pronostic des futures maladies cardiovasculaires (MCV).

– Le risque de maladie coronarienne semble augmenter linéairement avec l’augmentation de la pression artérielle systolique à l’effort.

– Les bloqueurs du système rénine-angiotensine ne sont pas associés à un risque accru d’évolution sévère de la COVID-19.

– Chez les patients âgés, l’évaluation des risques et des avantages d’un contrôle intensifié de la pression artérielle doit être faite individuellement.

– Une association en forme de J entre les MCV et la PA a également pu être démontrée chez les patients atteints de fibrillation auriculaire sous anticoagulation.

– La restriction en sel et la modification du mode de vie restent des options efficaces pour traiter les patients hypertendus à faible risque CV.

– Les inhibiteurs du co-transporteur 2 du glucose sodique et les agonistes des récepteurs du Glucagon-like peptide-1 montrent des effets hypotenseurs.

– La dénervation rénale doit être considérée comme une option thérapeutique supplémentaire ou alternative chez certains patients souffrant d’hypertension non contrôlée.

Article en accès gratuit : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34690044/

Lire la suite

Twenty-Four-Hour Central (Aortic) Systolic Blood Pressure : Reference Values and Dipping Patterns in Untreated Individuals

Référence de l’article : Weber T et al. Hypertension 2022 ;79(1) :251-260.

Lecture proposée par : M Lopez-Sublet et T Denolle

La pression artérielle systolique centrale (aortique) (PASC) est la pression perçue par le cœur, le cerveau et les reins. Si elle est correctement mesurée, la PASC est plus étroitement associée aux dommages causés aux organes par l’hypertension et au pronostic, par rapport à la PAS brachiale (PASB). Si la PASM et la PADcal sont relativement constantes sur tout l’axe artériel, il existe une amplification de la PAS de l’aorte vers la périphérie, ce qui entraine une différence entre les PASc et la PASB.

Cette publication s’est intéressée  à étudier les profils de 24 heures de la PASB et de la PASC, mesurés simultanément (à l’aide d’appareils Mobilograph) de 2 423 adultes non traités exempts de maladie cardiovasculaire manifeste, cela afin de développer des valeurs de référence et d’analyser la variabilité jour-nuit. 144 509 mesures brachiales et 130 804 mesures centrales valides ont été obtenues. La moyenne de la pression artérielle brachiale sur 24 heures, le jour et la nuit pour tous les individus était respectivement de 124/79, 126/81 et 116/72 mmHg. La PAS centrale a été évaluée à l’aide des ondes brachiales, calculées à partir de la PAS moyenne (PASMc)/PAD calibrée (PADcal) ou la PASB/PADcal. Suivant le mode calcul utilisé, les valeurs moyennes sur 24h, jour et nuit pour la PASMC/PAD étaient respectivement de 128, 128 et 125 mmHg et de 115,117 et 107 mmHg pour la PASB/PADcal.

Dans cette étude il est proposé de manière pragmatique comme limite supérieure pour la PASMC/PADcal de 24h 135mmHg et pour la PASB/PADcal de 24h 120 mmHg.

Cette étude fournit pour la première fois des valeurs de référence de la PASC sur 24h et de son cycle nycthéméral en comparaison avec la PASB, permettant son utilisation en pratique clinique. Néanmoins, ces valeurs sont réalisées avec un seul appareil de mesure et les résultats sont assez différents selon le mode de calcul de la PASc

Article en accès gratuit :  https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34775789/

Lire la suite

Hypertension With Negative Metaiodobenzylguanidine Scintigraphy

Référence de l’article : Hypertension With Negative Metaiodobenzylguanidine Scintigraphy. Hypertension. 2022; 79:474–478.

Lecture proposée par : AG Lopez

Nous rapportons le cas d’une patiente de 35 ans, chez qui un paragangliome abdominal sécrétant a été diagnostiqué en début de grossesse. Une HTA sévère associée à des signes évocateurs d’hypersécrétion de cathécolamines et/ou à des complications cardiologiques aiguës, doit faire rechercher un paragangliome sécrétant. Le diagnostic repose sur le dosage des métanéphrines plasmatiques ou urinaires et sur la réalisation d’un bilan d’imagerie conventionnelle et de médecine nucléaire. L’examen de première intention est la tomodensitométrie thoraco-abdomino-pelvienne. Une imagerie nucléaire de type TEP-18FDG, TEP-18F-DOPA ou scintigraphie aux analogues de la somatostatine marqués au 68-Gallium doit être associée afin de conforter le diagnostic et rechercher d’autres localisations. Comme le montre notre cas clinique, la scintigraphie 123I-MIBG n’est pas un examen suffisamment sensible pour les paragangliomes se développant aux dépens des ganglions sympathiques et parasympathiques. Elle ne doit donc pas être utilisée en première intention.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34879700/

Lire la suite

Neurologically asymptomatic patients frequently present cerebral injuries during malignant hypertension: a MRI study

Référence de l’article : Neurologically asymptomatic patients frequently present cerebral injuries during malignant hypertension: a MRI study. Journal of Hypertension. 2021.39:2463-2469.

Lecture proposée par : R Boulestreau

L’HTA maligne est la forme d’hypertension artérielle la plus grave, rapidement mortelle en l’absence de traitement. Elle entraine une dégradation rapide de l’ensemble des organes cibles via une atteinte microvasculaire diffuse rapidement progressive. Si l’atteinte ophtalmologique, rénale et cardiaque sont déjà décrites, l’atteinte cérébrale n’avait pas été étudiée jusque là. Entre 2008 et 2018, nous avons réalisé une IRM cérébrale chez 92  patients admis pour HTA maligne “non compliquée” dans le service. Parmi eux, 58 patients n’avaient aucun signe neurologique à l’admission,  66% d’hommes avec un âge moyen de 45.6 ans. Seuls 24% avaient une IRM cérébrale normale. Une anomalie récente était retrouvée chez 29% d’entre eux (PRES, AVC ischémique ou hémorragique) et 52% présentaient une microangiopathie cérébrale sévère. Si ces données sont confirmées, une IRM cérébrale systématique pourrait être recommandée lors du diagnostic d’une HTA maligne, indépendamment des symptômes neurologiques.                                             

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34343146/

Lire la suite

App based education programme to reduce salt intake (AppSalt) in schoolchildren and their families in China: parallel, cluster randomised controlled trial.

Référence de l’article : He F J, Zhang P, Luo R, Li Y, Sun Y, Chen F et al. BMJ 2022; 376 :e066982 doi:10.1136/bmj-2021-066982

Lecture proposée par : JP Fauvel

Quoi de mieux que former les enfants via une application pour que toute la famille baisse sa consommation de sel et réduise sa PA ?

En Chine, un programme d’éducation basé sur une application présentée aux enfants dès l’école primaire, en utilisant une approche d’enfant à parents, s’est avéré efficace pour réduire la consommation de sel et la pression artérielle systolique chez les adultes. En comparaison au groupe contrôle, la consommation de sel du groupe intervention a baissée de -0.82 g/jour (-1.24 à –0.4 ; p<0.001) et la PAS a baissée de -1.64 mmHg (-3.01 à -0.27 ; p<0.05)

Cependant, les effets n’ont pas été significatifs chez les enfants.

Pour en savoir plus : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35165117/

Lire la suite